Les caméras de surveillance violent la loi sur la vie privée à Namur

24/01/14 à 20:03 - Mise à jour à 20:03

Source: Le Vif

(Belga) La Ville de Namur viole la loi relative à la protection de la vie privée concernant l'utilisation des caméras de surveillance, a affirmé un conseiller de l'opposition (PS), Antoine Piret. Il l'a fait savoir jeudi soir au bourgmestre, Maxime Prévot, lors du conseil communal. Ce dernier a répondu que le dispositif serait prochainement régularisé.

Les caméras de surveillance violent la loi sur la vie privée à Namur

"A Namur, il y a 29 emplacements de caméras sur des lieux ouverts comme des places publiques, des rues, etc. Chaque emplacement peut contenir une ou plusieurs caméra(s)", a expliqué M. Piret. "Or, seulement neuf sont renseignés auprès de la commission de la vie privée qui est tenue de mettre à disposition des citoyens un registre public permettant de connaitre l'existence et l'emplacement de ces caméras", dénonce-t-il. Il souhaite dès lors que la Ville donne "très rapidement" les informations sur le dispositif existant à la dommission. "Ce qui n'a pas été fait depuis dix ans!", ajoute-t-il. Il déplore aussi que des pictogrammes indiquant que les citoyens sont susceptibles d'être filmés n'ont pas été placés systématiquement dans les rues namuroises. M. Prévot (cdH) a reconnu ces problèmes et a promis d'y remédier. "On nous annonce l'implantation de nouvelles caméras (par exemple à la passerelle à Salzinnes) sans qu'il y ait eu de débat au conseil communal", regrette encore M. Piret. Il réclame donc un débat serein et objectif sur l'impact de nouvelles caméras. "Les chiffres de la criminalité ont-ils diminué grâce à elles par exemple? ", s'interroge-t-il notamment. L'opposition sera attentive à l'évolution des choses, dit-elle. (Belga)

Nos partenaires