Les bourgmestres de Wallonie picarde s'accordent sur le refinancement de No Télé

17/01/14 à 20:34 - Mise à jour à 20:34

Source: Le Vif

(Belga) Les bourgmestres de Wallonie picarde ont trouvé vendredi un accord sur le refinancement de No Télé, après près de trois heures de débat. Les 23 communes, qui augmenteront leur dotation communale d'un euro chacune par habitant, s'associent aux intercommunales IEG et Ideta pour soutenir la télévision régionale, en proie à de graves soucis financiers (elle présentera un déficit d'1,2 million d'euros en 2014). L'intercommunale de traitement des eaux et des déchets Ipalle n'interviendra, quant à elle, pas dans le financement.

Les deux intercommunales de développement économique sont invitées à mettre la main au portefeuille: 40.000 euros pour IEG et 160.000 euros pour Ideta. Ce n'est pas le cas de l'intercommunale de traitement des déchets et des eaux usées Ipalle. "C'est impossible pour des raisons techniques", a commenté Rudy Demotte (PS). Dès lors, la dotation communale ne sera pas triplée mais passera de 0,87 euros à 1,87 euros. Un accord qui ne réjouit pas trois bourgmestres MR, qui s'inclinent toutefois devant un vote démocratique. "On a présenté notre idée de recourir à l'emprunt garanti par les pouvoirs publics car nous estimons que ce n'est pas au citoyen de payer. Mais nous devons accepter la décision qui a été prise", a déclaré Jean-Luc Crucke (MR), bourgmestre de Frasnes-lez-Anvaing. Ses détracteurs ont écarté cette idée car les trois plus grosses communes de la région (Tournai, Mouscron et Ath) sont sous tutelle du Centre régional d'aides aux communes. Dès lors, elles ne peuvent pas garantir un prêt pour l'asbl No Télé. En marge de ces aides, les bourgmestres demandent à No Télé de faire des efforts, à savoir une diminution des dépenses de l'ordre de 40.000 euros en 2014 et des recettes complémentaires de l'ordre de 160.000 euros, et s'engagent à examiner plusieurs fois par an le plan financier de la télévision régionale. (Belga)

Nos partenaires