Les activités du Village N°1 Reine Fabiola menacées par le redressement fiscal

28/05/13 à 12:32 - Mise à jour à 12:32

Source: Le Vif

(Belga) Le Village N°1 Reine Fabiola et le millier d'emplois qui gravite autour de ses activités sont menacés en cas de confirmation des 18 millions d'euros réclamés par l'Inspection spéciale des impôts (Isi). La décision du fisc n'était pas inattendue mais le gouvernement devrait désormais prendre ses responsabilités, selon le directeur Gérard Lemaire, interrogé mardi par l'agence de presse Belga.

L'Isi a procédé à un redressement fiscal du groupe d'asbl et d'entreprises à finalité sociale, Village N°1 Reine Fabiola, a révélé mardi matin le quotidien L'Echo. Elle lui réclame 18 millions d'euros d'impôts non payés sur des sommes qui lui avaient été détournées. Mais le directeur du Village N°1 espère encore faire bouger les lignes, notamment en récupérant l'argent de l'asbl CAPSA (Centre d'Adaptation Pédagogique pour enfants, adolescents et adultes mentalement handicapés) en liquidation, en charge des tombolas dont certaines recettes étaient détournées. Les dirigeants et leurs avocats négocient également avec l'administration fiscale la réduction voire l'abandon du montant réclamé, désormais réduit à 12 millions d'euros. "La justice nous a donné raison mais les impôts campent sur leurs positions, alors qu'ils sont les deux versants de l'Etat belge", décode le directeur, qui espère une solution rapide. "Le gouvernement devrait désormais prendre ses responsabilités. Car quel serait le sens de mettre fin à nos activités sociales? " En prenant en compte ses différentes activités (hébergement, accompagnement de personnes handicapées et entreprise de travail adapté entre autres), le Village n°1 met environ un millier de personnes au travail, dont plusieurs centaines de personnes handicapées. (Belga)

Nos partenaires