Le prochain gouvernement ne peut se payer le luxe d'une nouvelle réforme de l'Etat -Rutten

13/10/13 à 19:00 - Mise à jour à 19:00

Source: Le Vif

(Belga) Le prochain gouvernement fédéral ne peut s'offrir le luxe d'une nouvelle réforme de l'Etat et doit se concentrer sur la relance socio-économique, a expliqué dimanche la présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, sur le plateau de "De Zevende Dag" (VRT) qui réunissait les présidents des partis flamands.

Le prochain gouvernement ne peut se payer le luxe d'une nouvelle réforme de l'Etat -Rutten

"La 6e réforme de l'Etat sera votée à l'automne. En ce qui nous concerne, le round réforme de l'Etat sera en ordre et il faudra se concentrer sur le socio-économique. Les cinq prochaines années devront porter sur l'économie et l'emploi, et pas à nouveau sur un round de 'bashing' institutionnel où l'on se cherche des ennemis", a-t-elle souligné. Si elle est au pouvoir, la N-VA veut elle aussi prendre les "justes mesures socio-économiques à partir du premier jour", a indiqué pour sa part son président, Bart De Wever. Mais il ne soutient pas la nouvelle réforme de l'Etat et a répété que rien ne serait jamais réglé structurellement tant que le PS ne pourrait être tenu à distance des décisions socio-économiques qui doivent être prises en Flandre. Selon lui, le CD&V et l'Open Vld pensaient la même chose il y a trois ans et essaient aujourd'hui de le faire oublier. Une affirmation qu'a contestée le président du CD&V, Wouter Beke. Le chrétien démocrate a fait remarquer qu'en 2010, BHV n'était pas encore scindé et qu'il fallait mettre sur pied la nouvelle réforme de l'Etat. Il a fait la comparaison avec la politique de feu Wilfried Martens qui, en 1980, a réformé les institutions et s'est consacré aux défis économiques. Les socialistes flamands veulent accorder également la priorité aux dossiers socio-économiques. A leurs yeux, il n'est pas uniquement question "d'emplois et de chiffres". "Pourrons-nous enfin faire quelque chose pour combattre le pessimisme et le négativisme que certains, autour de la table, s'emploient à nourrir", a lancé le président du sp.a, Bruno Tobback. (Belga)

Nos partenaires