Le plaidoyer de Maingain et Magnette pour en faire une nation est séparatiste

10/01/13 à 17:27 - Mise à jour à 17:27

Source: Le Vif

(Belga) Une nation wallo-bruxelloise est inacceptable pour la Flandre. En soutenant un tel modèle, Paul Magnette et Olivier Maingain tiennent un plaidoyer séparatiste. Une union entre Bruxelles et la Wallonie est en contradiction flagrante avec la structure étatique actuelle, dans laquelle Bruxelles constitue le ciment de la Belgique, a affirmé jeudi la ministre CD&V du gouvernement bruxellois, Brigitte Grouwels, sur son blog.

Le plaidoyer de Maingain et Magnette pour en faire une nation est séparatiste

Au cours du week-end dernier, Paul Magnette a appelé à un renforcement des liens entre la Wallonie et Bruxelles, se disant partisan de la construction d'une nation wallo-bruxelloise, à l'image de ce que la Flandre a fait en mettant ses talents en valeur. Mardi, le président des FDF Olivier Maingain a quant à lui défendu une approche territoriale de la Fédération Wallonie-Bruxelles. "Les Flamands veulent le confédéralisme à deux. Nous pouvons le négocier. Mais alors ce sera sans Bruxelles qui fera partie intégrante de la Fédération Wallonie-Bruxelles", avait-il précisé. Pour Brigitte Grouwels, "fusionner Bruxelles et la Wallonie constitue une tentative, vouée à l'échec, de la part d'une certaine francophonie bruxelloise pour maintenir la tête hors de l'eau". Elle n'est pas opposée à un rapprochement entre les deux Régions, mais par le biais de la Communauté française. "Tout comme il a toujours été évident pour le CD&V que la Communauté flamande incluait Bruxelles, nous sommes en faveur d'une Communauté française forte qui prenne ses responsabilités aussi à Bruxelles. Car, contrairement à la Communauté flamande, la Communauté française a délaissé Bruxelles ces dernières années. En tant que flamands, nous ne pouvons qu'applaudir la réaction des francophones de Bruxelles qui exigent aujourd'hui leur part légitime du gâteau de la Communauté française", a commenté Brigitte Grouwels à ce propos. A ses yeux, les Communautés flamande et française doivent continuer d'investir pleinement à Bruxelles, en donnant toute ses chances à Bruxelles en tant que Ville-Région sans négliger les fonctions de capitale et de carrefour international. (OLIVIER VIN)

Nos partenaires