Le pape condamne l'"horreur" de l'avortement et "le crime" de la traite lors de ses voeux

13/01/14 à 16:02 - Mise à jour à 16:02

Source: Le Vif

(Belga) Le pape François a condamné "l'horreur" de l'avortement et "le crime" de la traite humaine, lundi devant le corps diplomatique, auquel il a réclamé un engagement pour la paix et le droit humanitaire.

Le pape condamne l'"horreur" de l'avortement et "le crime" de la traite lors de ses voeux

A l'occasion de ses premiers voeux devant des centaines d'ambassadeurs, d'autres diplomates et leurs épouses réunis dans la Salle Clémentine, François a appelé au règlement des conflits sanglants et autres foyers de crise : Syrie, Centrafrique, Soudan du Sud, Irak, Egypte, Liban, Israël/Palestine, Nigeria, Mali, Afrique des Grands lacs, Corne de l'Afrique, Corée... Mais le pape argentin a surtout axé son discours sur les exclusions, les gâchis et les trafics dans lesquels il voit d'autres "blessures à la paix". "La traite des êtres humains, crime contre l'humanité", a été le moment le plus fort de son discours, quand il a dénoncé "les enfants utilisés comme soldats, violentés ou tués dans les conflits armés, ou ceux qui sont objet d'un marché dans cette terrible force d'esclavage moderne qu'est la traite". "La paix est blessée par certaines négations de la dignité humaine", a-t-il poursuivi, exprimant son "horreur à la pensée que des enfants ne pourront jamais voir le jour, victimes de l'avortement". Sa plus solennelle dénonciation de l'interruption de grossesse à ce jour. Conformément à sa vision franciscaine de "la création", il s'en est aussi pris à "l'exploitation avide des ressources environnementales". Il a aussi évoqué la malnutrition du fait de "la nourriture gaspillée, en de nombreux endroits immergés dans la culture du déchet". Mais a-t-il dit, "ce ne sont pas seulement les biens superflus qui sont objet de déchets, mais souvent les êtres humains qui sont jetés comme s'ils étaient des choses non nécessaires". (Belga)

Nos partenaires