Le nouveau gouverneur de Flandre orientale a prêté serment

31/01/13 à 16:03 - Mise à jour à 16:03

Source: Le Vif

(Belga) Jeudi, à minuit, Jan Briers sera le nouveau gouverneur de Flandre orientale. Il a prêté serment dans la matinée entre les mains du ministre flamand des Affaires intérieures, Geert Bourgeois, en présence de la ministre fédérale de l'Intérieur, Joëlle Milquet.

Le nouveau gouverneur de Flandre orientale a prêté serment

Le choix de M. Briers a donné lieu à une foire d'empoigne entre les partis flamands, particulièrement entre la N-VA et l'Open Vld. Même s'il est considéré comme sans étiquette politique, M. Briers a été proposé par la N-VA pour succéder à un libéral flamand, André Denys. L'Open Vld avait dénoncé un "diktat" des nationalistes flamands et exprimé son regret devant l'absence de concertation préalable. Le gouvernement fédéral doit en effet remettre un avis sur cette désignation. Or, s'il siège dans l'opposition au parlement flamand, l'Open Vld fait partie de la majorité fédérale. Un accord est finalement intervenu: l'Open Vld a marqué son accord sur le choix de M. Briers mais en échange il est prévu d'élaborer une procédure plus transparente de désignation des gouverneurs de province en Flandre. M. Briers a dit n'avoir jamais songé à renoncer à ce poste, malgré la polémique. Il a également insisté sur son indépendance à l'égard des partis politiques. "Je ne vais certainement pas devenir membre d'un ou l'autre parti. J'ai de la sympathie pour chaque parti. Je trouve de bonnes choses dans chaque parti mais, en tant que fonctionnaire, je ne vais pas énumérer toutes ces choses", a-t-il ajouté. Administrateur du Festival de Flandre, M. Briers est connu dans le monde musical. "André Denys avait un profil sportif, moi je veux être un gouverneur musical", a-t-ironisé M. Briers reconnaît ne pas jouir d'expérience politique ou dans la gestion des catastrophes, l'une des compétences des gouverneurs. Il a toutefois fait référence à un politicien... libéral qui avait demandé un peu de temps avant d'être jugé. "Quand Patrick Dewael est devenu ministre de la Culture, il a dit: donnez-moi six mois, et il a été le meilleur que l'on ait connu". (NICOLAS MAETERLINCK)

Nos partenaires