Le nombre d'enfants nés avec des malformations congénitales reste stable en Belgique

03/09/13 à 16:36 - Mise à jour à 16:36

Source: Le Vif

(Belga) La prévalence moyenne des malformations congénitales en Belgique reste stable et comparable à la moyenne européenne, ressort-il des derniers chiffres du réseau européen de registres de malformations Eurocat, qui couvrent la période allant de 1989 à 2011.

Le nombre d'enfants nés avec des malformations congénitales reste stable en Belgique

La Belgique compte deux registres locaux, celui du Hainaut/Namur et celui d'Anvers, où les malformations congénitales sont répertoriées et font l'objet d'une surveillance épidémiologique étroite. D'après les derniers chiffres, la prévalence moyenne des malformations congénitales des nouveaux-nés en Hainaut et dans la province de Namur était de 2,5%, tandis qu'elle était de 2,7% dans la province d'Anvers, entre 1989 et 2011. Malgré quelques faibles variations au cours des années, ces chiffres restent stables et dans la moyenne européenne, établie à 2,4%. La plupart des malformations concernent le coeur, le système nerveux central et le développement des membres. Certaines d'entre elles, comme les pieds bots, les fentes labiales ou encore la polydactylie, sont cependant davantage recensées à Anvers. D'après Vera Nelen, de l'Institut provincial d'hygiène et de bactériologie d'Anvers, les causes ne sont pas toujours faciles à trouver. "Parfois, il s'agit simplement de facteurs génétiques. La méthode, l'intensité et la fréquence des contrôles peut également mener à des disparités entre les régions. Mais d'autres facteurs jouent aussi un rôle, comme la consommation de médicaments. Ainsi certains traitements contre l'épilepsie ou le diabète peuvent avoir un impact sur le développement du bébé". Selon Mme Nelen, la consommation d'acide folique par les femmes enceintes diminue le risque de malformations, comme l'apparition d'une fente labiale. Les registres de malformations congénitales ont été mis en place dans de nombreux pays industrialisés à la suite du drame de la thalidomide, un sédatif et anti-nauséeux prescrit notamment aux femmes enceintes, et responsable de la naissance de milliers d'enfants porteurs de malformations sévères entre 1956 et 1961. (Belga)

Nos partenaires