Le MR adopte son programme pour la Wallonie sur les terres de combat de Willy Borsus

23/02/14 à 14:47 - Mise à jour à 14:47

Source: Le Vif

Le MR réuni en congrès dimanche à Marche-en-Famenne a approuvé à une quasi-unanimité son programme pour la Wallonie, qui passe notamment par une obligation pour le demandeur d'emploi de suivre une formation en adéquation avec le marché du travail, la suppression des droits de succession sur le logement familial pour le conjoint survivant ou une rationalisation avant 2016 des outils parapublics.

Le MR adopte son programme pour la Wallonie sur les terres de combat de Willy Borsus

© Image Globe

A moins de deux kilomètres de son fief namurois de Somme-Leuze, dans une circonscription luxembourgeoise qu'il rêve de conquérir le 25 mai prochain, le chef de groupe des libéraux au parlement wallon Willy Borsus a été vivement applaudi sur la proposition d'abaisser à 16 ans l'âge du vote aux élections locales.

Il a aussi engagé son parti, s'il est au pouvoir, à décider avant fin 2015 la suppression ou la fusion de plus de 75 structures parapubliques wallonnes (fusion des TEC, de sociétés de logement, etc)."Nous souhaitons que la Wallonie change en s'allégeant de tout ce qui sera considéré comme non-indispensable pour rencontrer le service au public", a-t-il plaidé.

Pour l'été 2015, il veut voir recentrées et simplifiées les 220 aides économiques activables par le monde de l'entreprise, "mais souvent au prix de circuits longs et consommateurs de temps".Ironisant sur les plans et pactes des gouvernements Olivier ou de leurs ministres (Marshall, Cigogne, Zénobe, etc), M. Borsus, mais aussi son président de son parti Charles Michel, s'est toutefois abstenu citer une seule fois les adversaires politiques du MR ou de lancer des piques assassines, en cette campagne électorale qui n'en manque pas.

Les discours ont porté essentiellement sur les propositions de fond, comme celle obligeant le demandeur d'emploi à poursuivre une formation en adéquation avec la demande du marché du travail (après 24 mois de chômage, éventuellement), ou celle supprimant l'obligation d'avoir chômé pour bénéficier d'aides à l'embauche. "C'est une condition insensée et absurde", qui tient du piège à l'emploi, a relevé M.Michel.

La suppression des droits de succession sur le logement familial pour le conjoint survivant, la réduction des taux de donation et de succession si celle-ci sont suivies d'investissements dans l'économie réelle, la suppression de la télé-redevance, la diminution des taxes et charges sur l'électricité pour ramener le coût de l'énergie des ménages au niveaux des régions européennes avoisinantes figurent aussi parmi les priorités du MR. "Non à la taxe sur les loyers, non à la taxe au kilomètre", a martelé M. Michel, avec en tête sa réforme fiscale de 5 milliards d'euros.

Le MR fait lui aussi du rapprochement de l'école et du monde de l'entreprise une clé de redressement de la Wallonie. Entre autres propositions, Willy Borsus a prôné la présence d'acteurs économiques dans les pouvoirs organisateurs (PO) des écoles."Chaque vote va compter", a affirmé Charles Michel, dont le parti réduit son écart avec le PS à quelque 4 points de pourcentage dans les sondages en Wallonie. Il a toutefois demandé à ses partisans de "garder la tête froide". "C'est sur les idées et les propositions que nous réussirons à convaincre", a-t-il conclu.

Nos partenaires