Le monde politique belge s'agite autour des concours de mini-miss

19/09/13 à 17:31 - Mise à jour à 17:31

Source: Le Vif

(Belga) Le monde politique belge s'agite et craint de voir les organisateurs français de concours de mini-miss délocaliser leurs compétitions en Belgique, suite au vote du Sénat français en faveur de l'interdiction de ce type de concours. Le texte doit toutefois encore être approuvé par l'Assemblée nationale pour entrer en vigueur définitivement en France.

Les politiciens belges s'inquiètent de voir arriver en Belgique les concours français de mini-miss. Après la réaction dans Le Soir du jeudi 19 septembre d'Evelyne Huytebroeck, ministre de la Jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui s'indigne de ces compétitions, c'est au tour de Jean-Marc Nollet, ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles en charge de l'Enfance, de réagir. Le ministre Nollet veut prendre exemple sur la France et interdire les concours de mini-miss en Belgique. Le Conseil de l'égalité des chances entre les hommes et les femmes, quant à lui, ne se prononce pas sur une potentielle prohibition. Il tient cependant à rappeler l'avis de juin 2013 dans lequel il proposait plusieurs pistes pour combler le vide juridique entourant les concours de mini-miss. Enfin, le Conseil de la Jeunesse insiste sur l'image inappropriée que ces compétitions donnent des enfants et adolescents. Il demande dès lors à la ministre Huytebroeck d'ouvrir le débat parlementaire en déposant un projet de loi. En Belgique, les concours de mini-miss sont régis par la loi contre le travail des enfants. Ce type de compétition jouit de dérogations spéciales, qui doivent être attribuées au cas par cas. Cependant, l'Inspection du travail ne dispose d'aucune directive concrète pour attribuer ces dérogations. Il n'existe donc pas de législation spécifique en la matière. (Belga)

Nos partenaires