Le M23 "salue" la déclaration de François Hollande

10/10/12 à 11:26 - Mise à jour à 11:26

Source: Le Vif

(Belga) La rébellion Mouvement du 23 mars (M23), qui opère dans l'est de la République démocratique du Congo, a "salué" mercredi la déclaration du président français François Hollande, qui a jugé "tout à fait inacceptable" la situation de la démocratie en RDC.

"Le M23 salue la déclaration du président français François Hollande affirmant qu'il n'y a pas de démocratie, ni de droits de l'homme et que l'opposition est marginalisée", a déclaré le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole du groupe actif depuis mai dans la province du Nord-Kivu. "La communauté internationale commence à reconnaître et à découvrir les vraies réalités de notre pays. C'est parmi les causes de notre lutte armée", a-t-il ajouté. Mardi, lors d'une conférence de presse commune à Paris avec le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, le président Hollande a déclaré que la situation en RDC est "tout à fait inacceptable sur le plan des droits, de la démocratie, et de la reconnaissance de l'opposition". M. Hollande s'est aussi dit préoccupé par "l'agression" de la RDC "venant de l'extérieur, sur ses frontières, et notamment au Kivu". Il s'est prononcé pour la protection des frontières du pays, alors qu'une "force neutre" doit être déployée d'ici décembre pour combattre les groupes "négatifs". Le M23 est essentiellement composé d'ex-rebelles intégrés dans l'armée en 2009, et qui sont accusés par l'ONU d'être soutenus par le Rwanda voisin -qui dément toutes les accusations. Les combats, qui connaissent une relative accalmie depuis début août, ont fait plus de 300.000 déplacés. L'ONU et plusieurs ONG accusent le M23 de graves exactions. Début septembre, Human Rights Watch a accusé les rebelles d'être "responsables de crimes de guerre commis à grande échelle, y compris des exécutions sommaires, des viols et des recrutements de force". Le M23 avait rejeté "en bloc ces allégations". (VIM)

Nos partenaires