Le gaz de schiste exempté d'études d'impact environnemental obligatoires dans l'UE

12/03/14 à 19:21 - Mise à jour à 19:21

Source: Le Vif

(Belga) Les eurodéputés ont renoncé mercredi à inclure l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste parmi les activités conditionnées au niveau européen à des études d'impact environnemental préalables, en échange d'un renforcement des règles régissant ces études.

Le gaz de schiste exempté d'études d'impact environnemental obligatoires dans l'UE

Les eurodéputés avaient pourtant lors d'un premier vote demandé cette inclusion, dans la liste des quelque 200 types de projets pour lesquels une étude d'impact est obligatoire à l'échelle européenne. Ces activités vont de la construction d'infrastructures routières jusqu'aux élevages intensifs de porcs. Les promoteurs de projets gaziers restent en revanche tenus de devoir évaluer au préalable les risques que peuvent faire peser l'exploitation et l'exploration du gaz de schiste par fracturation hydraulique sur la qualité de l'eau, a précisé le service de presse du Parlement européen. "Mais la qualité de l'eau ne constitue qu'une partie des études d'impact environnemental, qui incluent des études sur la biodiversité ou le changement climatique, et cela fera gagner beaucoup de temps" aux promoteurs de projets gaziers, s'indigne l'eurodéputée écologiste Michèle Rivasi. Le Parlement européen a renoncé à inclure le gaz de schiste à la faveur de négociations informelles avec les Etats, comme le Royaume Uni, le Danemark, la Pologne ou la Roumanie, fervents partisans de l'exploitation de cette ressource. La France et la Bulgarie, au contraire, ont interdit la fracturation hydraulique ou hydrofracturation, et l'Allemagne l'a bannie dans les zones riches en eau de son territoire. L'absence d'obligation au niveau européen n'empêchera pas les Etats le souhaitant d'imposer à leur niveau des études d'impact. Et l'exploitation et la recherche de gaz de schiste devraient faire l'objet d'une législation européenne spécifique, ultérieure. Le rapporteur du texte, le libéral-démocrate italien Andrea Zanoni s'est prévalu qu'en échange, pour les activités soumises aux études d'impact, "le Parlement a atteint son objectif: élever les normes de qualité en ce qui concerne la santé humaine et l'environnement" et ce "malgré la forte résistance de plusieurs Etats". (Belga)

Nos partenaires