Le gaspillage de nourriture coûte 750 milliards de dollars par an

11/09/13 à 12:24 - Mise à jour à 12:24

Source: Le Vif

(Belga) Plus d'un milliard de tonnes de nourriture est gaspillé chaque année dans le monde, soit un coût d'environ 750 milliards de dollars, a déploré mercredi la FAO.

Le gaspillage de nourriture coûte 750 milliards de dollars par an

"Le gaspillage massif de nourriture a une grande importance sur la sécurité alimentaire et la sécurité en général. Si nous réduisons les pertes et gaspillages de nourriture, nous réduirons la pression sur la production alimentaire", a déclaré José Graziano da Silva, directeur général de l'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), basée à Rome, en présentant un rapport à ce sujet. Ce gaspillage "effarant" porte aussi "un grave préjudice à l'environnement", note la FAO. A titre d'exemple, "chaque année, la nourriture produite sans être consommée engloutit un volume d'eau équivalant au débit annuel du fleuve Volga en Russie et est responsable du rejet dans l'atmosphère de 3,3 gigatonnes de gaz à effet de serre". Au total, 1,3 milliard de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année et la production de la nourriture non mangée occupe 30% des terres cultivables. Dans la seule "Asie industrialisée", région qui comprend la Chine, le Japon et la Corée du Sud, près de 200 kg de légumes et céréales par habitant sont gaspillés chaque année en moyenne. Sur les quelques 80 kg de céréales gaspillés chaque année par personne, la plus grande partie est représentée par le riz qui est également une culture ayant "un impact significatif" sur l'environnement car entraînant une importante production de CO2. "Les coûts économiques directs du gaspillage de produits agricoles, en excluant les poissons et les fruits de mer, représentent environ 750 milliards de dollars" chaque année dans le monde, en se basant sur les prix à la production, précise l'agence onusienne spécialisée dans son rapport. "La réduction du gaspillage de nourriture pourrait non seulement alléger la pression sur des ressources naturelles limitées mais aussi réduire le besoin d'augmenter la production alimentaire" pour nourrir une population mondiale croissante, conclut le rapport. (Belga)

Nos partenaires