Le FBI a invité Martin Luther King à se suicider

14/11/14 à 10:25 - Mise à jour à 10:24

Source: New York Times

Dans une lettre anonyme, en 1964 le FBI a invité Martin Luther King à mettre un terme à sa propre existence, le menaçant au passage de dévoiler des détails sur sa vie privée.

Le FBI a invité Martin Luther King à se suicider

© Capture d'écran YouTube

Beverly Gage, journaliste au New York Times Magazine, a découvert dans les archives nationales, la version non censurée d'une lettre du FBI adressée à Martin Luther King. Si l'existence du document avait déjà été confirmée, le grand public n'avait eu droit qu'à des versions censurées jusqu'à présent.

Dans cette lettre, a priori commanditée par John Edgar Hoover, le directeur du FBI à l'époque qui s'était promis de faire tomber le pasteur, l'auteur ne manque pas de qualificatifs négatifs à l'encontre de Martin Luther King, le traitant notamment d'"escroc diabolique et vicieux", d'"imbécile", d'"animal crasseux et anormal" ou encore de "bête diabolique".

Le pasteur a également été menacé d'une possible divulgation de plusieurs détails sur sa vie privée. Le FBI aurait en effet surveillé de très près le prix Nobel de la paix de 1964, et l'auteur de la lettre assurait dans cette dernière que Martin Luther King n'avait qu'à écouter l'enregistrement (a priori joint à la missive) pour vérifier que l'agence avait bel et bien des preuves accablantes quant à d'éventuels écarts de conduite. Sont notamment cités : des orgies et des adultères.

La lettre se termine comme suit : "King, vous savez ce qu'il vous reste à faire", une subtile invitation au suicide. L'auteur précise également que le pasteur ne disposait que de 34 jours pour faire le nécessaire. Mais ce dernier refusa de se plier à la volonté du FBI : la lettre a été envoyée en 1 964, soit 4 ans avant l'assassinat de son destinataire. Il se dit que Martin Luther King avait de fortes suspicions quant à l'origine de cette missive, suspicions qu'il aurait partagées avec certains de ses proches à l'époque.

En savoir plus sur:

Nos partenaires