Le dissident cubain Farinas reçoit son Prix Sakharov après deux ans d'attente

03/07/13 à 13:41 - Mise à jour à 13:41

Source: Le Vif

(Belga) Deux ans et demi après avoir été distingué, le dissident cubain Guillermo Fariñas a reçu mercredi à Strasbourg le Prix Sakharov du Parlement européen, en soulignant que son pays, toujours soumis à l'arbitraire, avait encore un long chemin à parcourir vers la démocratie.

Le dissident cubain Farinas reçoit son Prix Sakharov après deux ans d'attente

Faute d'autorisation de quitter le territoire cubain, l'opposant anti-castriste n'avait pu se rendre à Strasbourg en décembre 2010 pour y recevoir ce prix, décerné chaque année depuis 1988 par le Parlement européen à des personnes ou à des organisations qui oeuvrent en faveur des droits de l'Homme et des libertés fondamentales. Il a pu depuis bénéficier d'une nouvelle loi, en vigueur depuis janvier dernier, qui dispense les Cubains désireux de voyager à l'étranger de solliciter un permis de sortie - lequel était systématiquement refusé aux opposants notoires. M. Fariñas, qui a mené 23 grèves de la faim depuis une vingtaine d'années, a cependant souligné que sa présence en Europe ne signifiait pas que la situation ait "fondamentalement changé" à Cuba. "Tous les Cubains continuent d'être soumis à l'arbitraire d'un gouvernement qui considère la déclaration universelle des droits de l'homme comme une propagande ennemie", a martelé l'opposant de 51 ans. "Les arrestations vont se poursuivre, comme les menaces, les coups et les emprisonnements", a-t-il prédit. Plus de 6.600 personnes ont été arrêtées de manière arbitraire l'an dernier à Cuba, soit "50% de plus qu'en 2011", a observé de son côté l'un des vice-présidents du Parlement européen, Gianni Pittella, en remettant le prix à l'opposant. M. Fariñas a par ailleurs appelé les Européens à la fermeté face au régime autocratique d'Alexandre Loukachenko au Bélarus. "Toutes les dictatures essayent de trouver des complices, de contaminer leurs voisins. En Europe, vous avez encore une honte, c'est le Bélarus", a souligné l'opposant, qui dit avoir rencontré récemment le dissident bélarusse Alexandre Milinkevitch, lui-même titulaire du Prix Sakharov en 2006. "Je demande l'aide, la solidarité pour ces êtres humains qui comme nous se heurtent à la dernière dictature communiste de nos continents", a dit M. Fariñas, qui a mis en garde contre toute "Realpolitik". (Belga)

Nos partenaires