Le Brésil a espionné les Français, les suspectant de sabotage d'une base spatiale

05/11/13 à 16:31 - Mise à jour à 16:31

Source: Le Vif

(Belga) Le Brésil a espionné en 2003 des agents des services secrets français, suspectant une action de sabotage dans la base spatiale d'Alcantara où une explosion avait fait 21 morts cette année là, mais n'a trouvé aucune preuve.

Des documents de l'Agence brésilienne de renseignements (Abin) publiés mardi en exclusivité par le quotidien Folha de Sao Paulo, révèlent au moins trois opérations de contre-espionnage dont les cibles étaient des agents français et leurs contacts à Alcantara, dans l'Etat de Maranhao, pas très loin de la base spatiale de Kourou en Guyane française. Aussi bien la présidence brésilienne que l'ambassade de France à Brasilia ont refusé mardi de faire "tout commentaire". Lundi, Folha avait déjà révélé que le Brésil avait espionné entre 2003 et 2004 -- au début de la présidence de Luiz Inacio Lula da Silva--, des diplomates russe, iranien et irakien ainsi que des locaux loués par les États-Unis à Brasilia. Les opérations de "contre-espionnage ont obéi à la législation brésilienne de protection des intérêts nationaux", a admis lundi la présidence. L'Abin surveillait depuis 2002 un "réseau d'espionnage" de la DGSE (le service français d'espionnage) actif dans le Maranhao et à Sao Paulo. La base d'Alcantara --aujourd'hui en cours de reconstruction-- est considérée comme une des meilleures bases du monde pour le lancement de fusées avec des satellites: sa proximité avec l'Equateur permet une économie de 30% de carburant. Elle était la principale concurrente de Kourou. Brasilia a vivement critiqué l'espionnage américain au Brésil. Les Etats-Unis ont surveillé les communications de millions de Brésiliens et celles de la présidente Dilma Rousseff, ainsi que celles du géant pétrolier brésilien Petrobras. Mardi, le ministre de la Justice, José Eduardo Cardozo, a affirmé que ce sont "des cas complètement différents" d'espionnage. (Belga)

Nos partenaires