Le bourgmestre faisant fonction de Perwez fait de la pub pour un adoucisseur

30/04/13 à 15:22 - Mise à jour à 15:22

Source: Le Vif

(Belga) Le bourgmestre faisant fonction de la commune de Perwez, Carl Cambron (cdH), apparaît au centre d'un texte publi-rédactionnel paru notamment cette semaine dans plusieurs éditions namuroises du magazine Proximag (édité par L'Avenir) dans lequel il fait la promotion d'un adoucisseur d'eau. Le statut du bourgmestre faisant fonction est mis en avant dans cette publicité, ce qui déplaît à l'opposition locale.

"J'ai acheté cet adoucisseur il y a plus d'un an à la foire de Liège", précise M. Cambron à Belga. "Dernièrement, j'ai été contacté par la société qui produit ces adoucisseurs pour donner mon avis concernant cet appareil lors d'une interview". Carl Cambron était au courant que l'interview allait être diffusée dans un magazine et avoue que l'article possède des tendances publicitaires. "Mais je n'ai pas été rémunéré pour cet interview", se défend-t-il. "La société m'avait proposé l'interview une première fois avant les élections communales de 2012. J'ai refusé pour ne pas compromettre ces joutes électorales", ajoute Carl Cambron. Pour l'opposition communale à Perwez, la pratique du bourgmestre faisant fonction n'a pas été appréciée. "Lors du dernier conseil communal, je lui ai dit que ce n'était pas correct d'utiliser sa fonction pour faire de la publicité", explique à l'agence Belga le chef du groupe Ensemble! (MR et Ecolo), le libéral Jordan Godfriaux. "M. Cambron m'a confié que sa participation à l'article en question relevait de sa vie privé. Je trouve personnellement que cela dépasse la vie privée". M. Godfriaux précise que certains citoyens sont du même avis. "J'ai conseillé au bourgmestre faisant fonction de ne plus participer à ce genre de pratique sans quoi l'opposition devra prendre des mesures". Le Code wallon de la démocratie locale et de la décentralisation, qui reprend l'ensemble des règles régissant les pouvoirs locaux des communes wallonnes, spécifie que "les conseillers communaux s'engagent à exercer leur mandat avec probité et loyauté" et à "spécifier s'ils agissent en leur nom personnel ou au nom de l'institution locale qu'ils représentent". Rien n'est cependant prévu légalement pour sanctionner de telles pratiques. Du côté du cabinet du ministre des Pouvoirs Locaux, Paul Furlan, on se refuse à tout commentaire, précisant qu"aucun recours n'a été déposé". (Belga)

Nos partenaires