La réforme du chômage touchera de plein fouet les travailleurs à temps partiel

30/10/13 à 11:37 - Mise à jour à 11:37

Source: Le Vif

(Belga) Le durcissement des règles du chômage appliqué par le gouvernement Di Rupo va toucher de plein fouet les travailleurs à temps partiel, dénonce mercredi dans un communiqué la députée fédérale Ecolo, Zoé Genot. Cette dernière estime que les mesures prises - limitation à trois ans de certains compléments, diminution progressive de ces compléments, et contrôle des efforts de recherche - sont "injustes, inefficaces et augmentent la précarité".

Actuellement, les travailleurs, et surtout travailleuses, à temps partiels dont la rémunération, partielle, est calculée sur base d'un salaire mensuel brut de moins de 1.559,38 euros, peuvent avoir droit à un complément chômage. A partir de 2015, pour ceux qui ont un complément chômage basé sur allocation d'insertion, ce complément sera supprimé s'ils en bénéficient depuis plus de 3 ans, explique Mme Genot. La mesure pourrait concerner 8.743 travailleurs à temps partiel, dont 7.731 femmes. "Cette mesure s'ajoute à la politique de dégressivité des allocations chômage et au durcissement des contrôles qui pénalisent les chômeurs à temps partiel et poussent un nombre croissant de demandeurs d'emploi vers les CPAS", poursuit la députée. Pour conserver le bénéfice des allocations complémentaires, les travailleurs doivent en effet faire preuve d'une démarche active et régulière en vue de rechercher un emploi temps plein. En cas d'évaluation négative, après un premier examen, le droit aux allocations est suspendu pour 6 mois et ne peut être à nouveau octroyé qu'après une évaluation positive. "Ces mesures participent globalement au phénomène de précarisation des travailleurs", estime la députée. Ecolo dénonce une "politique à courte vue, qui ne peut conduire qu'à la désespérance sociale et conduire à des coûts bien plus élevés pour demain". Le groupe Ecolo-Groen demande donc "le retrait rapide de ces mesures qui touchent les petits temps partiels, des travailleurs à faible salaire, principalement des femmes responsables de famille." (Belga)

Nos partenaires