La proposition du patron de la SNCB va à l'encontre de la mobilité à Bruxelles

19/04/13 à 12:59 - Mise à jour à 12:59

Source: Le Vif

(Belga) Le patron du holding SNCB propose de ne pas attendre 2025, nouvelle échéance pour la concrétisation du RER, pour résorber l'engorgement de la Jonction-Nord-Midi dans la capitale. Ses propositions ont été reçues plutôt froidement par le secrétaire d'Etat à la Mobilité Bruno De Lille (Groen) qui les juge contraires à la mobilité à Bruxelles, avec toutefois un bémol.

La proposition du patron de la SNCB va à l'encontre de la mobilité à Bruxelles

Selon Le Soir, Jannie Haek propose d'aménager soit une liaison entre les lignes 26 et 124 du côté de Linkebeek afin de réaliser une petite ceinture ferroviaire de 46 km desservant une vingtaine de gares, à parir de 2016, soit un tunnel entre Forest et Schaerbeek, emprunté par les trains à grande vitesse. "La proposition de Jannie Haeck n'est pas favorable à la mobilité à Bruxelles. Le gouvernement bruxellois veut toujours que le RER soit terminé pour 2018 et qu'on utilise davantage les lignes 26 et 28 pour s'épargner un méga-tunnel", a réagi vendredi le secrétaire d'Etat à la Mobilité Bruno De Lille. Selon lui, les positions du groupe SNCB varient en fonction des interlocuteurs. La création d'un méga-tunnel sous l'actuelle jonction Nord-Midi proposée par M. Haek n'est a priori plus une piste suivie par InfraBel. Concentrée sur le seul centre, elle n'améliorera pas la desserte du territoire bruxellois. Au passage, Bruno De Lille souligne que Jannie Haek semble disposer de 1,5 milliard d'euros pour ce tunnel, alors que les 600 millions d'euros pour finir le RER bruxellois sont reportés en fin de période du projet de plan d'investissement. Le gouvernement bruxellois est très inquiet pour le mise en oeuvre du RER, a ajouté le secrétaire d'Etat. "Rien ne justifie de repousser encore de 13 années l'exploitation du RER" dont le fédéral doit faire une priorité après la sécurité, a-t-il dit. Bruno De Lille a toutefois accueilli positivement la proposition d'utiliser davantage les lignes 26 et 28 qui correspond à la demande du gouvernement bruxellois et garantit une meilleure répartition de l'offre sur le territoire de la capitale. (Belga)

Nos partenaires