La Pologne célèbre le 70e anniversaire de l'insurrection du ghetto de Varsovie

19/04/13 à 16:42 - Mise à jour à 16:42

Source: Le Vif

(Belga) Annoncée par des sirènes et les cloches des églises, une cérémonie du souvenir a eu lieu vendredi devant le mémorial aux héros du ghetto de Varsovie, 70 ans après qu'une poignée de combattants juifs attaquèrent les nazis pour mourir l'arme à la main plutôt que dans un camp d'extermination.

Un millier de personnes se sont réunies pour cette cérémonie, à laquelle participaient le chef de l'État polonais Bronislaw Komorowski, le président du Parlement européen Martin Schulz, le ministre israélien de l'Éducation Shai Piron et des survivants de l'Holocauste. "Aucune capitale en Europe n'a été détruite au même point que Varsovie, transformée en amas de ruines, car aucune n'a lutté trois fois contre l'envahisseur, en 1939, en 1943 et en 1944", a rappelé M. Komorowski. "Les Polonais et les juifs ont payé un lourd tribut, mais le drame des juifs est particulièrement effrayant au vu de l'étendue des atrocités", a-t-il souligné. Lors de la cérémonie, M. Komorowski a décoré d'une haute distinction polonaise l'un des derniers combattants de l'insurrection, Simcha Rotem, appelé Kazik, 89 ans. "Vous avez aussi lutté pour une Pologne indépendante. Je vous remercie au nom de la Pologne et des Polonais", a-t-il déclaré. Simcha Rotem, âgé de 19 ans à l'époque, avait réussi à évacuer par des égouts une poignée d'insurgés. Il est arrivé mercredi d'Israël où il vit, pour participer aux cérémonies dans sa ville natale. "Nous ne pensions en aucun cas que nous allions vaincre les Allemands. C'était clair", a-t-il raconté à l'AFP après son arrivée. Les participants à la cérémonie de Varsovie ont ensuite visité un nouveau musée d'Histoire des Juifs de Pologne, qui doit témoigner d'une coexistence millénaire complexe entre juifs et Polonais. Au Bundestag allemand une minute de silence a été observée vendredi à la mémoire des insurgés de Varsovie. (Belga)

Nos partenaires