La police fâchée contre "Bob"

22/12/12 à 11:48 - Mise à jour à 11:48

Source: Le Vif

(Belga) Les contrôles menés dans le cadre des opérations "Bob" ne seraient pas suffisamment ciblés et ce, en raison des objectifs chiffrés fixés en matière de contrôle d'alcoolémie, dénonce samedi le syndicat SLFP-Police dans les colonnes du journal Le Soir.

Près de 250.000 contrôles d'alcoolémie sont prévus lors des six semaines de la campagne Bob de fin d'année. Selon le SLFP-Police, l'objectif chiffré assigné aux policiers les contraindrait à effectuer les contrôles aux mauvais moments et parfois sur les mauvaises personnes. Ainsi, à peine 18% des contrôles se dérouleraient la nuit. "Le mot quota n'est jamais prononcé mais quand on décide, au niveau politique, d'avoir un objectif chiffré, ce que je comprends parce qu'il y a un message au public, l'administration traduit cet objectif en quotas. Et les collègues vont tout faire pour que cela se passe correctement", explique Vincent Gilles, président du SLFP-Police. Et celui-ci d'expliquer qu'"on a intérêt, pour faire du chiffre, à ne pas coincer la personne qui a bu. Parce que si la personne est positive, cela suppose une charge de travail supplémentaire (...) et donc une perte de temps. En dehors des contrôles où on bloque une sortie d'autoroute et où on n'a pas le choix de la personne contrôlée, on peut par exemple préférer arrêter un couple de petits vieux ou des 'barbus' dont on peut supposer qu'ils ne boivent pas plutôt qu'une voiture avec cinq jeunes à l'intérieur à minuit un samedi soir". Vincent Gilles estime que cette pression du chiffre empêche également le policier de mener un contrôle global, comprenant par exemple le contrôle du véhicule ou de l'assurance. S'il ne se dit pas opposé à ce que les politiques assignent un objectif chiffré, le président du SLFP-Police demande des précisions sur la manière d'atteindre cet objectif et que celui-ci s'inscrive dans une politique plus globale. (PVO)

Nos partenaires