La N-VA contre la participation de communes flamandes à la communauté urbaine de Bruxelles

27/01/13 à 16:16 - Mise à jour à 16:16

Source: Le Vif

(Belga) La N-VA va déposer devant tous les conseils communaux du Brabant flamand une motion s'opposant à la participation de ces communes à la communauté métropolitaine de Bruxelles, un projet inclus dans la sixième réforme de l'Etat visant à assurer une meilleure collaboration entre Bruxelles et son hinterland, à savoir l'ensemble des communes de l'ancienne province du Brabant.

Le Parlement fédéral a déjà approuvé la création de cette communauté en juillet dernier, en même temps que la scission de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde. A cette stade, la nouvelle structure n'a de compétences qu'en matière de mobilité. Elle doit notamment assurer une concertation obligatoire pour l'ouverture ou la fermeture de voies d'accès au ring de Bruxelles. Fin 2012, la commune d'Overijse avait déjà entamé une procédure auprès de la Cour constitutionnelle pour faire annuler la décision de créer cette communauté métropolitaine. Selon le vice-président de la N-VA, Ben Weyts, "cette nouvelle construction a pour but d'offrir aux francophones la perspective d'un élargissement de Bruxelles". M. Weyts s'appuie sur des propos passés de la ministre Joëlle Milquet (cdH) qui qualifiait l'initiative d'instrument pour le "désenclavement" de Bruxelles, tandis que le MR parle, lui, de "Bruxelles élargie", affirme le député indépendantiste flamand. "La N-VA s'opposera bec et ongles contre cette dérive expansionniste", promet-il. Le secrétaire d'Etat en charge des Réformes institutionnelles, Servais Verherstraeten (CD&V), s'est étonné dimanche de cette prise de position de la N-VA. Il rappelle ainsi que la N-VA a jugé récemment devant le Parlement flamand que la sixième réforme n'était "pas contraire à l'accord de gouvernement flamand et la note Octopus". Le secrétaire d'Etat ajoute qu'un organe de concertation telle que la communauté métropolitaine figurait également dans la note du clarificateur royal, Bart De Wever, et que celui-ci "allait encore plus loin" que la structure actuelle. (EDR)

Nos partenaires