La Mutualité socialiste dénonce le recours à l'IMC pour le calcul de primes d'assurances

03/06/13 à 13:17 - Mise à jour à 13:17

Source: Le Vif

(Belga) La Mutualité socialiste-Solidaris dénonce un recours croissant, dans le chef des compagnies d'assurances, à l'indice de masse corporelle (IMC) pour le calcul de la tarification de base des primes d'assurance-vie. Une pratique que la Mutualité socialiste qualifie de "discriminante et stigmatisante".

La Mutualité socialiste dénonce le recours à l'IMC pour le calcul de primes d'assurances

L'utilisation, récente, de l'IMC dans le calcul de tarification de base des primes d'assurance-vie a pour conséquence que "les personnes obèses paient plus cher, tandis que les personnes plus 'conformes' aux normes de corpulence, elles, sont récompensées", constate dans un communiqué la Mutualité socialiste-Solidaris. Selon cette dernière, un tel système de "sanction/récompense" creuse les inégalités sociales, "car il profite inévitablement aux personnes plus favorisées". La Mutualité socialiste-Solidaris estime également que la lutte contre l'obésité, dont les causes "échappent à la seule responsabilité de l'individu", nécessite "une approche globale et multidisciplinaire, basée avant tout sur la prévention et la solidarité." Du côté des assureurs, on se défend de toute volonté de discrimination. "Il n'y a pas une volonté des assureurs, sur le plan moral, de dénigrer ou de faire un sort injuste à certains individus par rapport à d'autres. Ce que les assureurs font, c'est tenter de cerner le risque au mieux pour que chaque assuré paie la prime liée au risque qui lui est propre", explique Wauthier Robijns, porte-parole d'Assuralia, l'union professionnelle des entreprises d'assurances. Depuis l'interdiction, fin 2012, de distinguer les assurés en fonction de leur sexe, les assureurs s'intéressent davantage à d'autres caractéristiques, comme l'âge ou l'état de santé de l'assuré, dont l'IMC est une des composantes. "L'IMC est peut-être un terme qui a fait récemment son apparition dans le vocabulaire des assureurs. Mais pour les compagnies d'assurances, le fait de s'intéresser, pour certains types d'assurances, aux caractéristiques physiques de l'assuré, est une pratique qui existe depuis toujours", conclut le porte-parole d'Assuralia. (Belga)

Nos partenaires