La moitié des soldats arrêtent leur formation

31/01/13 à 07:16 - Mise à jour à 07:16

Source: Le Vif

(Belga) Entre 2007 et 2011, l'exode moyen des candidats soldats ou matelots néerlandophones s'est élevé à 47%. Chez les candidats sous-officiers, cette proportion varie de un quart à un tiers, écrivent jeudi Het Belang van Limburg et la Gazet van Antwerpen.

La moitié des soldats arrêtent leur formation

L'armée a besoin de 2.000 militaires. Mais elle semble avoir un souci à garder ses nouvelles recrues, ressort-il de chiffres que Karolien Grosemans (N-VA) a obtenus auprès du ministre de la Défense Pieter De Crem (CD&V). Bien que les femmes soient quinze fois moins nombreuses que les hommes à se lancer dans une carrière de soldat, au centre de formation de Bourg-Léopold, elles arrêtent moins souvent. Annuellement, elles ne sont "que" 38% à arrêter, contre 47% chez les hommes. Il ressort en outre qu'un cinquième (18,9%) des candidats officiers non-techniques raccrochent. Plus d'un quart (27%) des candidats sous-officiers techniques quittent la fonction. Les francophones raccrochent plus. Pour les sous-officiers techniques, ils sont 30% à arrêter, contre 24% pour les flamands. Les trois raisons les plus invoquées en 2011 pour arrêter sont, chez les soldats, des exigences trop élevées de la part de l'organisation, des raisons privées impérieuses et l'environnement humain. Pour les sous-officiers, ce sont les exigences trop élevées et l'environnement humain. (PVO)

Nos partenaires