La moitié des personnes avec un passé migratoire choisissent un migrant comme conjoint

07/02/13 à 14:20 - Mise à jour à 14:20

Source: Le Vif

(Belga) Entre 2001 et 2008, près de la moitié des personnes (48,5%) avec un passé migratoire en Belgique ont porté leur choix sur un conjoint qui résidait encore dans leur pays d'origine, selon une étude menée par des sociologues de l'Université de Gand (UGent), présentée jeudi. Les chercheurs ont cependant constaté une nette diminution de cette tendance entre les migrants de première et de deuxième génération.

Frank Caestecker, John Lievens, Bart Van de Putte et Koen Van der Bracht ont plus spécifiquement ciblé leurs recherches sur les populations d'origines marocaine et turque, qui constituent les deux plus importantes communautés de migrants en Belgique et qui représentent à elles seules 51% des unions légales (cohabitations et mariages) de personnes issues de l'immigration. Parmi la population d'origine marocaine, les migrants de première génération, c'est-à-dire nés au Maroc avant d'émigrer en Belgique, ont majoritairement choisi (60% sur 2001-2008) un conjoint né au Maroc avant que le couple ne s'établisse en Belgique. Les migrants de deuxième génération, c'est-à-dire nés en Belgique avec la nationalité marocaine, optent eux d'abord pour des unions locales avec d'autres personnes elles-mêmes issues de la communauté marocaine de Belgique (45% en 2008). A noter que les unions mixtes sont également en hausse pour la deuxième génération, passant de 11 à 16,5% des unions légales. Chez la population d'origine turque établie en Belgique, la tendance à choisir un conjoint migrant est encore plus marquée. Elle passe de 70% en 2001 à un peu moins de 60% en 2008 pour les migrants de première génération. Pour les migrants turcs de seconde génération, l'union locale avec une autre personne issue de la communauté turque devient également majoritaire (47% des unions en 2008). Dans leurs conclusions, les sociologues gantois soulignent que la législation belge relative à la migration des conjoints est plus stricte depuis 2011 et que cela pourrait remettre en question un certain nombre d'unions avec des migrants ou des Belges. Les chercheurs se sont basés sur 126.757 unions formalisées issues du registre national pour leur recherche, en précisant que ce registre ne donne pas accès à certaines informations utiles dans le cadre des unions (religions, revenus, etc.). (PVO)

Nos partenaires