La médiation, effective mais encore trop peu connue

18/09/12 à 15:57 - Mise à jour à 15:57

Source: Le Vif

(Belga) Malgré une loi votée en 2005 pour l'organiser et l'encadrer, la médiation ne représente qu'environ 1% des dossiers traités par rapport aux près de 700.000 affaires qui passent chaque année devant les tribunaux. Les associations organisant la médiation appellent à mieux faire connaître les possibilités d'interventions.

La loi de 2005 organise la médiation dans les domaines civil et commercial, social et familial. Elle laisse de côté notamment la médiation pénale ou la médiation de quartier. "Si on veut que la médiation fonctionne, il faut qu'elle existe à tous les étages de la fusée", souligne Bernard Castelain, président de la Commission fédérale de médiation. Ainsi, un conflit de voisinage, au lieu de faire l'objet d'un procès-verbal par l'agent de quartier, ferait mieux d'être orienté vers un médiateur de quartier, relève le président de la Commission fédérale de médiation. La médiation est régulièrement couronnée de succès, parce que les parties s'y engagent volontairement. "Et même lorsque la médiation est signalée comme un échec, il faut encore nuancer", insistent les médiateurs réunis au sein de l'asbl bMediation. "Ainsi, une médiation permettant à un couple séparé de se reparler peut être un succès, même si elle n'aboutit pas à régler entièrement la séparation." Pour mieux faire connaître les possibilités de médiation, des permanences se tiendront dès le 26 octobre dans les tribunaux. La ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, a salué cette initiative. (MUA)

Nos partenaires