La Ligue des familles dénonce le poids des frais scolaires et presse Joëlle Milquet à agir

13/08/14 à 12:59 - Mise à jour à 12:59

Source: Le Vif

(Belga) A moins de trois semaines de la rentrée des classes, la Ligue des familles a dénoncé mercredi le poids des frais scolaires réclamés aux parents, pressant la nouvelle ministre de l'Enseignement, Joëlle Milquet, à adopter "de vraies mesures qui amènent l'école à la gratuité, tel que c'est inscrit dans notre Constitution".

La Ligue des familles dénonce le poids des frais scolaires et presse Joëlle Milquet à agir

Selon une nouvelle enquête de la Ligue, la scolarité d'un enfant coûte aux parents une moyenne de 120 euros par an en frais scolaires. A quoi il faut encore ajouter une centaine d'euros en moyenne pour les voyages scolaires, "avec des pointes jusqu'à 800 euros pour certains voyages de rhéto", pointe Delphine Chabbert, directrice du service études de la Ligue des familles. Menée auprès de 150 parents, l'enquête de la Ligue montre que nombre d'écoles continuent à réclamer des frais pourtant interdits par la loi, notamment l'achat du journal de classe ou de manuels, le paiement de photocopies ou pour la constitution d'une "caisse de classe" servant à financer diverses activités. Un tiers environ (44 euros en moyenne) de ces frais scolaires sont réclamés dès la rentrée de septembre aux familles, ce qui placent à chaque fois les plus précaires d'entre elles dans de grandes difficultés, certaines étant obligées de surseoir au paiement de leur loyer pour pouvoir y faire face, selon Christine Mahy, cheville ouvrière du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté. "Cette non-gratuité scolaire pollue considérablement la relation triangulaire parents-enfant-école", déplore-t-elle. "On constate ainsi que certains parents en difficultés évitent de se rendre à l'école pour éviter que le professeur ne leur rappelle une facture impayée. Et l'on voit aussi que certains enfants se font porter malade le jour où leur classe va au théâtre ou réalise une activité coûteuse que leurs parents n'ont pu payer...". (Belga)

Nos partenaires