La Ligue de l'Enseignement veut réveiller les communes

31/08/12 à 14:04 - Mise à jour à 14:04

Source: Le Vif

(Belga) La Ligue de l'Enseignement et de l'Education permanente a appelé les communes à "faire une place aux jeunes", vendredi lors de sa conférence de presse annuelle. A l'approche des élections communales, la Ligue souhaite ainsi conscientiser et responsabiliser le monde politique pour que l'accueil des jeunes soit au coeur du projet politique de la future législature.

La Ligue de l'Enseignement veut réveiller les communes

Les communes régentent notamment l'accueil dans les crèches, l'organisation des différents enseignements et l'aide sociale, rappelle la Ligue de l'Enseignement. "Mais nous constatons que les structures scolaires sont en difficulté", regrette Roland Perceval, président de la Ligue. "Les moyens alloués et le nombre de places sont insuffisants." Outre la pénurie "cruelle" d'enseignants et les formations "inadéquates", la Ligue relève également les conséquences néfastes du boom démographique, particulièrement à Bruxelles. "Les crèches manquent de place, les bâtiments sont trop exigus et les institutions extra-scolaires, telles que les écoles de devoir, sont incapables d'accueillir tous les jeunes", égrène Patrick Hullebroeck, directeur de la Ligue. A titre d'exemple, le taux moyen de couverture d'accueil de la petite enfance atteint 27,7% en Wallonie, selon le rapport 2010 de l'Office de la Naissance et de l'Enfance (ONE). "En-deçà de l'objectif des 33%", regrette Patrick Hullebroeck. "Et les disparités entre les communes sont très importantes. Il faut donc agir." La Ligue de l'Enseignement s'est également étonnée de "l'inflation langagière" et de l'atmosphère de guerre scolaire observées ces derniers jours. "Il s'agit d'une stratégie à court terme", déplore-t-elle. Dimanche, le président du cdH Benoît Lutgen avait rappelé la volonté de son parti de résorber l'écart de financement entre les écoles libres et les écoles officielles. (PVO)

Nos partenaires