La Fédération belge des motards en colère dénonce une fois encore l'état des routes

13/02/13 à 18:50 - Mise à jour à 18:50

Source: Le Vif

(Belga) La Fédération belge des motards en colère (FBMC) dénonce une fois encore l'état des 8.000 kilomètres de routes et autoroutes wallonnes. Elle annonce mercredi qu'elle déposera une plainte jeudi à l'encontre du ministre wallon des Travaux publics, Carlo Di Antonio. Une plainte qui reprendra "un nombre incalculable de routes dégradées et une centaine d'endroits présentant des dangers imminents pour l'ensemble des usagers de la route et ce, qu'ils soient piétons, automobilistes, cyclistes, motards", dénonce Joe Vereecke, le président de la FBMC.

Début décembre, la Fédération avait déjà menacé de déposer plainte contre le ministre mais avait finalement obtenu des promesses de ce dernier, assurant que le cahier des charges des chantiers serait revu plus sévèrement. "Le problème, c'est que la Région est plus exigeante, mais effectue des appels d'offres pour bénéficier du moins cher. On ne peut pas avoir du caviar au prix des oeufs de lompe", s'exclame Joe Vereecke. Du côté du cabinet, la porte-parole indique que des représentants de la Fédération ont effectivement été reçus il y a un mois et demi afin de leur exposer tout ce qui était mis en place en terme d'investissements sur le réseau wallon, notamment via le 'plan route', un projet évalué à 500 millions d'euros sur une période de cinq ans, en plus des 150 millions d'euros investis par an par la Région wallonne sur le réseau. La Fédération indique avoir interpellé, depuis la réunion, le ministre par écrit à plusieurs reprises "afin de mettre en place une collaboration et un dialogue concernant le 'plan route'", sans recevoir une seule réponse de sa part. Une accusation que dément la porte-parole du cabinet: "nous avons toujours donné suite à leur courrier. Certains chantiers sont en cours mais il faut du temps pour que tous les travaux puissent être réalisés et pour résorber le sous-investissement chronique des dernières années", explique-t-elle. (MUA)

Nos partenaires