La criminalité frontalière se déplace de la Belgique vers la France

29/04/14 à 16:01 - Mise à jour à 16:01

Source: Le Vif

(Belga) Les services de police belges et français ont pour la première fois cartographié la criminalité dans la région frontalière. Les chiffres doivent encore être analysés mais, d'après l'aperçu qui en a été donné mardi lors d'un colloque à Comines-Warneton, la criminalité baisse en Belgique tandis qu'elle augmente en France.

La criminalité frontalière se déplace de la Belgique vers la France

La décision de cartographier la criminalité frontalière fait partie de l'arsenal de mesures prises en réaction au pic de faits criminels commis le long de la frontière franco-belge début 2012. S'y ajoutent notamment la révision des accords de Tournai, qui permettent des patrouilles communes entre les polices belge et française, ainsi que l'installation de caméras de surveillance. Mardi, Luc Dhoest, le chef de la police de l'arrondissement de Courtrai et Elisabeth Fouilloux, commissaire divisionnaire au cabinet du préfet français, ont présenté les premiers résultats de la cartographie. La zone frontalière a été divisée en quatre "bassins": l'un de La Panne jusqu'à Ypres, un autre pour la région de Courtrai, un troisième autour de Tournai et un dernier autour de Mons et Maubeuge. "Nous avons constaté quelques différences selon les bassins. Cela nous permettra de travailler sur des façons spécifiques d'appréhender la criminalité frontalière. Un exemple: il y a beaucoup plus de cambriolages agressifs à la voiture-bélier dans la région de Courtrai qu'à la Côte", a expliqué Luc Dhoest. Bien que les chiffres doivent encore être analysés, une tendance se dessine déjà clairement. Le nombre de faits criminels diminue sensiblement en Belgique, alors qu'il augmente en France. Il apparaît aussi que les Français du Nord ciblent les Belges pour commettre des faits répréhensibles, tandis que l'inverse est moins vrai. Les fonctionnaires de police ne veulent cependant pas tirer de conclusions prématurées. "Nous devons continuer à travailler et surtout collaborer avec les services français", a conclu Carl Decaluwé, le gouverneur de Flandre occidentale. (Belga)

Nos partenaires