La cotation médiatique des députés interpelle le parlement wallon

05/07/13 à 16:29 - Mise à jour à 16:29

Source: Le Vif

(Belga) Les évaluations quantitatives du travail parlementaire des députés par certaines rédactions du pays ont passablement "énervé" certains d'entre eux au parlement wallon, poussant la présidence de l'assemblée à organiser vendredi une rencontre informelle sur le sujet.

La cotation médiatique des députés interpelle le parlement wallon

Chiffres "incorrects", informations "partielles" qui ne rendent pas compte des absences justifiées, de la diversité des mandats, des "doubles casquettes" d'élus présents dans plusieurs assemblées, du travail de l'ombre ou de terrain de certains parlementaires... Les reproches vis-à-vis d'un classement fondé sur des critères quantitatifs tels que le nombre de questions posées, de textes signés ou co-signés, etc, sont partagés par tous les groupes politiques, quelles que soient les précautions méthodologiques apportées. "Nous recevons beaucoup de réactions énervées de nos élus", témoignent les groupes politiques, conscients de l'impact potentiellement négatif de ces "hit-parades" parlementaires à quelques mois des élections, mais aussi des effets pervers sur le fonctionnement démocratique: "un collègue vient de déposer une cinquantaine de questions pour rehausser ses statistiques", témoigne un député. Sur une année parlementaire, l'assemblée wallonne enregistre 5.000 questions écrites et 3.000 questions orales. "Est-ce vraiment utile ?" Aucun élu présent ne dénie aux rédactions leur liberté éditoriale d'aborder l'analyse sous tel ou tel angle. Le parlement se met dès lors en question. Certains préconisent un "tableau de bord exhaustif" de l'activité des députés sur le site internet du parlement. Faudrait-il inclure une pondération en fonction des présences, des types d'intervention ? Il conviendrait alors de considérer aussi certaines activités hors du parlement, jugées indispensables à la connaissance du terrain... Une fiche de présentation sur laquelle chaque député résumerait son travail aiderait-elle à corriger les biais de perception ? Faudrait-il être plus sévère sur la recevabilité des questions posées ? Quid alors de la liberté de parole du représentant du peuple ? Les interlocuteurs s'accordent sur l'intérêt de mises à jour plus rapides des statistiques parlementaires ainsi que d'une plus grande clarté et accessibilité sur le site internet du parlement. "N'ayons pas peur de la transparence, car elle fait souvent tomber tabous ou fantasmes", exhorte un élu. (Belga)

Nos partenaires