La Commission veut stimuler le recours au "cloud computing" en Europe

27/09/12 à 16:18 - Mise à jour à 16:18

Source: Le Vif

(Belga) La Commission européenne a déposé jeudi une stratégie en vue de faire de l'Europe l'un des acteurs principaux de l'informatique "en nuage" (cloud computing), et de stimuler son usage par les entreprises et services publics européens.

"L'informatique de nuage est une opportunité que notre économie ne peut manquer", a estimé jeudi la commissaire européenne en charge de l'économie digitale, la Néerlandaise Neelie Kroes, lors d'une conférence de presse. Cette technologie désigne le stockage de données (textes, images, vidéos ou logiciels) sur des serveurs distants auxquels les utilisateurs peuvent accéder à tout moment et de manière synchronisée sur leurs différents appareils (ordinateurs, tablettes ou smartphones). Selon l'exécutif européen, ce recours à l'informatique "en nuage" est plus sûr et plus flexible que les systèmes de sauvegarde fixe, mais aussi moins onéreux. Les entreprises qui y recourent réaliseraient entre 10% et 20% d'économies sur leurs frais de stockage informatique. Mais beaucoup d'utilisateurs rechignent encore face à une technique encore complexe et jugée peu sûre, notamment quand à la confidentialité des données. Pour instiller cette confiance qui fait aujourd'hui défaut, la Commission entend harmoniser les pratiques en Europe. Elle propose ainsi d'élaborer des standards et procédures de certification qui permettront aux utilisateurs de comparer les différents opérateurs, mais également garantir une interopérabilité entre eux. Elle veut aussi soutenir les systèmes de certification à l'échelle européenne et élaborer des conditions contractuelles "sûres et équitables" afin d'encourager les entreprises, mais aussi les administrations des Etats membres qui comptent pour 20% du marché informatique, à y recourir davantage. Selon la Commission, 2,5 millions d'emplois pourraient être créés d'ici 2020 en Europe grâce à l'informatique "en nuage" qui doperait dans le foulée le PIB européen de 1%, soit l'équivalent de 160 milliards d'euros par an. "L'Europe a la volonté de reprendre les commandes de l'informatique en nuage, comme ce fut le cas dans les années '90 avec les GSM", a insisté Mme Kroes. (GEORGES GOBET)

Nos partenaires