La Commission des jeux de hasard ne manque pas de moyens financiers selon le SPF Justice

10/12/12 à 17:08 - Mise à jour à 17:08

Source: Le Vif

(Belga) La Commission des jeux de hasard ne fait pas face à un manque de moyens financiers mais bien à un dossier actuellement bloqué par l'Inspection des Finances, a précisé à l'agence Belga lundi Koen Peumans, porte-parole du SPF Justice. Plus tôt lundi, cette même commission avait déploré les défaillances récurrentes et "le manque d'entretien structuré" d'Epis, un système permettant aux casinos et aux salles de jeux de vérifier si leurs clients sont interdits de salle.

La commission dispose en fait d'un budget de 4 millions d'euros pour l'informatique, auquel émargent la gestion et l'entretien d'applications, dont le système Epis, a expliqué Koen Peumans. Etienne Marique, le président de la Commission des jeux de hasard, avait indiqué avoir fait la demande d'un crédit-pont à la ministre de la Justice Annemie Turtelboom (OpenVLD) pour assurer la gestion d'Epis. Une demande qui lui a été refusée. "L'Inspecteur des Finances n'a simplement pas donné son feu vert au dossier que lui avait remis la commission afin de débloquer des fonds destinés à payer la firme en charge de cet entretien. Lorsqu'elle aura remis un dossier en règle et que l'Inspection des Finances le validera, la commission recevra alors les moyens financiers requis", a-t-il ajouté. Koen Peumans rappelle également qu'à l'instar de tous les services fédéraux publics, la Commission des jeux de hasard doit elle aussi pouvoir travailler plus avec moins de personnel. Plus de 15.000 noms de joueurs figurent sur cette liste, "qui s'allonge tous les jours". (JUG)

Nos partenaires