La CNE dénonce l'immobilisme des fédérations patronales des soins de santé

22/01/13 à 12:41 - Mise à jour à 12:41

Source: Le Vif

(Belga) Une cinquantaine de délégués hospitaliers se sont rendus mardi midi à la Fédération des institutions hospitalières (FIH) à Erpent (Namur) pour protester contre son "immobilisme". Les délégués CNE reprochent à la FIH, une des fédérations patronales du secteur de la santé, de bloquer toute avancée depuis plusieurs mois. Ils exigent de rencontrer la direction.

"D'une manière générale, les fédérations du secteur n'ont plus aucune perspective et n'osent plus prendre aucune initiative", selon Yves Hellendorff, secrétaire national CNE pour le non-marchand. La CNE reproche notamment aux fédérations patronales de ne pas avoir signé l'accord non-marchand 2013 qui prévoit 800 emplois, de ne pas reconduire plusieurs centaines de contrats à durée déterminée au 1er janvier 2013 alors que les moyens sont présents, selon la CNE, pour les transformer en contrats à durée indéterminée, de refuser de donner au personnel deux semaines avec trois week-ends consécutifs de vacances annuelles et de prolonger certaines conventions de prépension, ou encore de ne pas signer la convention collective sur la formation des groupes à risque. "C'est une honte! On n'a plus personne pour faire bouger les choses", ajoute Yves Hellendorff. A long terme, les professions du secteur sont menacées. "Elles deviendront plus pénibles, moins valorisées et donc moins attrayantes. Du coup, de plus en plus de conventions sont signées avec des pays étrangers, comme la Roumanie ou l'Espagne, pour amener des travailleurs qui n'ont pas d'exigences barémiques supplémentaires et qui ont des horaires plus flexibles". La CNE mènera d'autres actions auprès d'autres fédérations. (VIM)

Nos partenaires