La capacité des centres d'asile diminuée de 25%, à 18.000 places, se félicite De Block

20/11/13 à 16:41 - Mise à jour à 16:41

Source: Le Vif

(Belga) La "capacité opérationnelle d'accueil" des centres d'asile ouverts est passée en 2013 à 18.000 places, soit 25% de moins que la capacité maximale de 25.000 places début 2012, se félicite la secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations Maggie De Block dans sa note de politique générale qu'elle était censée défendre mercredi en Commission de l'Intérieur de la Chambre. Comme d'autres Commissions, celle-ci n'a pu avoir lieu faute de représentation suffisante au sein de la majorité.

La capacité des centres d'asile diminuée de 25%, à 18.000 places, se félicite De Block

Les députés étaient mobilisés dans plusieurs Commissions qui se réunissaient simultanément pour examiner le budget 2014. Selon la note de politique générale de la secrétaire d'État, la baisse de la capacité des centres a permis de diminuer de 85 millions d'euros la dotation à Fedasil. Malgré cette réduction de capacité, Mme De Block soutient que la Belgique conserve un réseau au moins aussi étoffé que les voisins européens. Cette diminution a par ailleurs permis d'augmenter la qualité de l'accueil, ajoute-t-elle, précisant par ailleurs que les procédures d'asile ont été considérablement accélérées durant son mandat. La secrétaire d'État assure également qu'en s'attaquant aux "utilisations abusives" de la procédure, le CGRA (commissariat général aux réfugiés et apatrides) a pu enregistrer moins de demandes d'asile mais reconnaître plus de demandeurs d'asile comme réfugiés ou bénéficiaires de la protection subsidiaire (de 22% en 2012 à 27,8% cette année). Pour l'année prochaine, Mme De Block a confirmé l'ouverture de 1.800 "places-tampon", en plus des 18.000 places d'accueil. Celles-là pourront être rapidement opérationnelles en cas de "grandes et inattendues augmentations du flux de demandeurs d'asile". La secrétaire d'État présentera sa note de politique générale ultérieurement lors d'un échange avec les députés de la Commission. Une cinquantaine d'organisations ont choisi mercredi le cabinet de la secrétaire d'État comme lieu de départ d'une manifestation de sensibilisation au sort d'Afghans dont certains sont en procédure d'asile et d'autres ont été déboutés. (Belga)

Nos partenaires