La Belgique parmi les mauvais élèves de l'OCDE en matière d'intégration des immigrés

03/12/12 à 16:16 - Mise à jour à 16:16

Source: Le Vif

(Belga) La Belgique figure parmi les mauvais élèves des pays de l'OCDE en matière d'intégration de ses immigrés, premières victimes de la pauvreté, indique lundi un rapport de l'Organisation de développement et de coopération économique (OCDE). Il faut intensifier les efforts dans les domaines de l'éducation et de l'emploi.

La Belgique parmi les mauvais élèves de l'OCDE en matière d'intégration des immigrés

En 2010, environ 110 millions de personnes nées à l'étranger vivaient dans les pays de l'OCDE, soit 9% de la population totale. En Belgique, environ 13% de la population est née à l'étranger, majoritairement en Europe, au Maroc et en République Démocratique du Congo. Si dans tous les pays membres de l'OCDE, le taux moyen de pauvreté des ménages immigrés (17,3%) est supérieur à celui des ménages autochtones (8,7%), les inégalités sociales sont davantage marquées en Belgique. Le taux de pauvreté des immigrés y atteint 21,9%, soit près de 4 fois celui des ménages autochtones. En cette matière, le Danemark, les Pays-Bas, la Norvège et la France ne font guère mieux. Toutefois, les cas de la Belgique et de la France sont préoccupants, dans la mesure où les ménages immigrés y représentent plus de 10% de l'ensemble des ménages, selon l'OCDE. Par ailleurs, le taux de pauvreté des enfants immigrés est le plus élevé en Espagne (34%), en Belgique (32%) et aux États-Unis (32%). La Belgique ne brille pas non plus par le taux d'emploi de ses immigrés, qui oscille autour des 55%, à l'instar de la Turquie et de la Pologne, alors que le taux moyen de l'OCDE atteint 64%. A cet égard, les meilleurs élèves de l'OCDE sont la Suisse et l'Islande, avec un taux d'emploi des étrangers supérieur à 75%. Enfin, le rapport conclut que de nombreux enfants d'immigrés se trouvent marginalisés sur le marché du travail, notamment en Belgique. Ces derniers sont surreprésentés dans la catégorie des jeunes qui ne sont ni employés, ni scolarisés, ni en formation (25%). (MUA)

Nos partenaires