La Belgique approchée pour détruire un millier de tonnes de produits chimiques syrien sur son sol

07/11/13 à 17:19 - Mise à jour à 17:19

Source: Le Vif

(Belga) Les Etats-Unis ont approché la Belgique afin qu'elle contribue à la destruction des armes chimiques en Syrie, a indiqué le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, à la Chambre en réponse à une question de Georges Dallemagne (cdH). Parmi les scénarios sur la table, figure la destruction d'un millier de tonnes de produits chimiques "précurseurs" en Belgique.

La Belgique approchée pour détruire un millier de tonnes de produits chimiques syrien sur son sol

La destruction des armes chimiques syriennes ne devrait pas poser de difficultés insurmontables vu leur nombre limité. Le problème principal réside dans la destruction des "précurseurs" qui servent à la fabrication des armes: il est question d'environ un millier de tonnes, a expliqué M. Reynders. Les Américains et les Russes, à l'origine de ce processus, estiment de commun accord que la meilleure solution serait de détruire ces produits hors de Syrie. Il faudra néanmoins trouver un pays prêt à accepter une telle quantité de substances chimiques sur son sol. Sur la base de divers critères géographiques et techniques (expérience en la matière, proximité d'un port facilement accessible, ressources suffisantes en eau et électricité), les Américains ont démarché plusieurs pays, dont la Belgique. Le royaume dispose du port d'Anvers, l'un des plus grands d'Europe, et d'une expérience dans les armes chimiques qui remonte à la 1re Guerre mondiale et qui a été mise en valeur en Irak plus récemment. M. Reynders n'a pas donné plus de précisions, le dossier relevant de la Défense. Des contacts techniques préliminaires ont déjà eu lieu entre des responsables militaires belges et américains. D'autres départements et niveaux de pouvoir devront aussi être impliqués, vu les questions de sécurité ou de protection de l'environnement qui se poseront. Des "pistes de collaboration alternatives" sont également sur la table, dont l'envoi d'experts belges dans le pays qui accueillera les produits, qui peut être un pays proche de la Syrie. Le ministre de la Défense, Pieter De Crem, devrait communiquer davantage d'informations lors de son retour des Etats-Unis, a précisé M. Reynders. (Belga)

Nos partenaires