La Belgique à l'honneur pour sa politique d'interdiction des mines

23/10/13 à 18:47 - Mise à jour à 18:47

Source: Le Vif

(Belga) La Belgique, premier pays à interdire les mines antipersonnel, en 1995, et les sous-munitions, en 2006, a reçu, à ce titre, une mention honorifique de la part du World Future Council. Ce forum international remettait mercredi son Future Policy Award 2013 au siège des Nations Unies à New York, a indiqué mercredi Handicap International.

Le World Future Council salue l'efficacité des "campagnes de sensibilisation sur l'ampleur et la gravité des dommages causés par les mines antipersonnel et les armes à sous-munitions entamées par des coalitions de groupes de la société civile, des universitaires, des parlementaires et des responsables gouvernementaux". En 2007, la Belgique était aussi le premier pays à interdire, par une loi, les investissements dans les industries produisant des sous-munitions, rappelle Handicap International qui milite pour une interdiction des mines antipersonnel et des armes à sous-munitions. L'association appelle les autorités belges à "poursuivre ce rôle pionnier grâce à un travail législatif novateur, en poussant les autres pays à rejoindre les traités et à mettre tout en oeuvre jusqu'à ce que la dernière sous-munition, la dernière mine soient détruites et que toutes les victimes reçoivent ce à quoi elles ont droit". Le "Gold Award", la plus haute distinction remise par le World Future Council, est allé à un traité contre les armes nucléaires en Amérique du Sud et aux Caraïbes. Outre la Belgique, le Costa Rica, la Mongolie et le Mozambique/Afrique du Sud ont reçu une mention honorifique. Au travers de ses missions, le Council appelle les différents représentants politiques de par le monde à prendre leurs décisions en considérant au mieux la façon dont celles-ci affecteront les générations futures. (Belga)

Nos partenaires