L'usage d'armes chimiques par la Syrie, "une absurdité totale"

31/08/13 à 13:50 - Mise à jour à 13:50

Source: Le Vif

(Belga) Le président russe Vladimir Poutine a qualifié samedi d'"absurdité totale" les accusations d'utilisation d'armes chimiques par la Syrie, en demandant aux Etats-Unis de fournir les preuves d'une éventuelle implication du régime syrien.

L'usage d'armes chimiques par la Syrie, "une absurdité totale"

"Les forces syriennes sont à l'offensive et cernent l'opposition dans plusieurs régions. Dans ces conditions, fournir un tel prétexte à ceux qui appellent à une intervention armée serait une absurdité totale", a déclaré M. Poutine aux journalistes à Vladivostok, en répondant à une question sur l'utilisation présumée d'armes chimique par le régime syrien. Le président russe a appelé Washington à fournir les preuves, en soulignant que "l'interception de conversations quelconques ne pouvait pas servir de base pour la prise de décisions fondamentales, notamment le recours à la force contre un Etat souverain". "Concernant la position de nos amis américains, qui affirment que les troupes gouvernementales (syriennes) ont utilisé (...) des armes chimiques et disent avoir des preuves, eh bien, qu'ils les montrent aux enquêteurs des Nations unies et au Conseil de sécurité", a dit M. Poutine. "S'ils ne le font pas, cela veut dire qu'il n'y en a pas", a-t-il ajouté. Il s'agit de la première réaction publique de M. Poutine au rapport des services de renseignement américains accusant le régime du président Bachar al-Assad d'avoir utilisé des armes chimiques lors d'une attaque dans les faubourgs de Damas, le 21 août, qui a provoqué la mort de plusieurs centaines de personnes. Les Etats-Unis et la France appellent à agir contre le régime du président Assad, le président américain Barack Obama évoquant une action militaire "limitée". Pour sa part, Moscou accuse les rebelles d'avoir utilisé des armes chimiques pour discréditer le gouvernement. La Russie, qui soutient le régime de Damas depuis le début du conflit il y a deux ans et demi, a bloqué jusqu'ici avec la Chine toute décision au Conseil de Sécurité de l'ONU qui viserait à lancer une action punitive contre le président Bachar al-Assad. (Belga)

Nos partenaires