L'UE veut généraliser le dépistage des problèmes de santé des migrants

29/04/14 à 17:57 - Mise à jour à 17:57

Source: Le Vif

(Belga) La Commission européenne a annoncé, mardi, vouloir prendre des orientations communes pour dépister les problèmes de santé des migrants et des réfugiés entrant dans tous les pays de l'Union européenne. "Nous avons l'obligation de protéger la santé de nos propres citoyens", a indiqué le commissaire européen à la Santé, Tonio Borg.

L'UE veut généraliser le dépistage des problèmes de santé des migrants

"Mon but est de mettre en place un groupe de travail (...) pour dégager des orientations communes sur les maladies à dépister, sur le moment et la manière de réaliser ce dépistage", a déclaré, à Athènes, le commissaire européen à la Santé, Tonio Borg, lors d'une rencontre de deux jours avec les ministres de la Santé des 28 Etats membres de l'UE. "La plupart des migrants sont en bonne santé. Mais nous avons l'obligation de protéger la santé de nos propres citoyens", a souligné l'ancien ministre de l'Intérieur maltais. Le commissaire a expliqué qu'un nouveau fonds européen doté de 3 milliards d'euros a été créé pour aider les États membres à gérer les flux migratoires et leurs obligations vis-à-vis des demandeurs d'asile incluant l'accès aux soins. "Ce fonds peut être utilisé pour le financement des besoins en santé et non seulement pour la construction d'infrastructures", a expliqué Tonio Borg. Selon lui, il n'existe pas de réglementations communes sur cette question dans l'UE, mais les sans-papiers ont accès aux soins de santé d'urgence, et les réfugiés doivent être traités comme les ressortissants de l'UE. "L'Etat grec a dépensé 20 millions d'euros l'an dernier, et 150 millions d'euros dans les dix dernières années, pour soigner les migrants", a affirmé le ministre de la Santé grec, Adonis Georgiadis. Les États membres ont jusqu'au 20 juin pour se mettre d'accord, et si nécessaire demander le vote du parlement européen, a expliqué Tonio Borg. (Belga)

Nos partenaires