L'interdiction du port du crucifix viole la liberté de religion

15/02/13 à 21:34 - Mise à jour à 21:34

Source: Le Vif

(Belga) L'arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) du mois dernier, qui estime que l'interdiction du port du crucifix sur le lieu de travail viole la liberté de religion, pourrait avoir des conséquences importantes sur la jurisprudence belge, selon la revue juridique néerlandophone "De Juristenkrant". Selon la CEDH, British Airways avait violé cette liberté de religion en interdisant, en 2006, à une employée de porter un crucifix.

L'interdiction du port du crucifix viole la liberté de religion

Parce qu'elle avait refusé de retirer son crucifix, l'employée de British Airways avait été renvoyée. Selon la Cour européenne des droits de l'homme, le port d'un crucifix tombe cependant sous la protection de l'article 9, accordant la liberté de religion. Dans un commentaire pour la revue juridique néerlandophone "De Juristenkrant", Katayoun Alidadi (KU Leuven) fait un parallèle avec l'affaire de la jeune femme musulmane licenciée par la chaîne de magasins Hema, parce qu'elle refusait de retirer son foulard pour travailler. Selon le tribunal du travail de Tongres, Hema aurait pu interdire le port du voile si la société avait disposé d'une politique claire en matière de neutralité sur le lieu de travail. Mais pour la CEDH, une politique de neutralité est néanmoins insuffisante car le droit fondamental de manifester sa croyance doit être pris en compte. (PVO)

Nos partenaires