L'interdiction de communiquer levée pour pharma.be

01/10/13 à 14:29 - Mise à jour à 14:29

Source: Le Vif

(Belga) Le président du tribunal de première instance de Bruxelles siégeant en référé a levé mardi l'interdiction de communiquer imposée à pharma.be dans l'affaire Alexion, rapporte pharma.be. Cette interdiction de communiquer faisait suite à une requête unilatérale d'Alexion, après le lancement d'une procédure contre Alexion au sein de pharma.be. Pharma.be avait fait appel de la décision.

Après l'introduction par Alexion d'une procédure au fond, pharma.be, qui veille au respect du Code de déontologie, a suspendu le traitement du dossier. La décision au fond est attendue au plus tôt pour fin 2014. Une polémique était née autour du remboursement du médicament Soliris d'Alexion, employé pour le traitement du syndrome hémolytique et urémique atypique. Alexion aurait utilisé un garçon de 7 ans à son insu comme moyen de pression sur la ministre de la santé publique Laurette Onkelinx. Un avis négatif concernant ce remboursement avait déjà été émis par l'Inami. La ministre était finalement parvenue à un accord avec Alexion. Alexion nie avoir agi de manière contraire à l'éthique. La société assure que les parents de Victor avaient eux-mêmes contacté la presse pour sensibiliser la population à leur sort. Pharma.be avait dénoncé les méthodes d'Alexion et ouvert une enquête sur les manières de travailler de l'entreprise. Le tribunal de première instance de Bruxelles, saisi par la firme, avait interdit selon un jugement en référé le 12 juin dernier à l'association générale de l'industrie du médicament pharma.be de communiquer les décisions qu'elle pourrait prendre à l'encontre d'Alexion. (Belga)

Nos partenaires