L'énergie renouvelable pénalisée par les différences entre Régions selon le secteur

27/09/12 à 21:13 - Mise à jour à 21:13

Source: Le Vif

(Belga) La société Belpower, active dans le domaine de la production et de la commercialisation d'énergies renouvelables, dénonce dans un communiqué jeudi "les politiques à court terme et l'instabilité juridique" qui prévaut, selon elle, dans ce secteur. Edora, la Fédération des énergies renouvelables, nuance ce constat et estime que les mécanismes actuellement en place pour l'énergie photovoltaïque en Région wallonne et à Bruxelles sont "bons".

L'énergie renouvelable pénalisée par les différences entre Régions selon le secteur

Belpower se demande si les investissements réalisés dans le photovoltaïque l'ont été en pure perte. Selon elle, l'expansion de ce secteur est menacée par "les embûches que concoctent (...) des niveaux de pouvoir différents qui se disent paradoxalement convaincus de l'importance de favoriser des solutions durables", et ce bien que ses propres bénéfices soient en hausse. Ce constat est nuancé par d'autres acteurs du secteur. "La législation n'est pas une entrave au secteur. Elle est généralement bien étudiée", estime Laurent Quittre de la société Issol. "Le monde politique ne fait que s'adapter à l'évolution du secteur et la législation reste raisonnable en Wallonie." Actuellement, le certificat vert est de 260 euros par Mw/h en Wallonie. En Flandre, il n'est que de 90 euros pour la même quantité d'énergie. Belpower déplore ces différences de réglementation entre Régions. "Les modifications effectuées en Flandre sont clairement néfastes, mais la situation est moins inquiétante en Wallonie et à Bruxelles", précise Noémie Laumont, secrétaire générale d'Edora. Elle se refuse cependant à qualifier la situation de dramatique. "Mais il ne faut pas se leurrer, le climat est tendu entre les producteurs d'énergie verte et les consommateurs." Elle rejoint sur ce point le constat de Powerbel pour qui les fournisseurs sont les premiers à devoir supporter "le poids de la crise". (DLA)

Nos partenaires