"L'armée est à la dérive", selon un rapport interne

08/11/12 à 19:56 - Mise à jour à 19:56

Source: Le Vif

(Belga) Les bases de l'armée belge sont malsaines. La gestion du ministre de la Défense Pieter De Crem (CD&V) est irréfléchie et constitue un échec, a affirmé jeudi Radio 1 (VRT) sur foi d'un rapport circulant au sein de l'état-major de la Défense. "L'assèchement de l'armée ne peut plus être arrêtée, le point de non-retour a déjà été dépassé depuis un petit temps", peut-on lire dans ce rapport, selon Radio 1.

"L'armée est à la dérive", selon un rapport interne

Le document rédigé par des officiers supérieurs de l'état-major de la Défense n'est pas tendre. Il met en exergue l'accroissement exponentiel de la pénurie de main d'oeuvre à laquelle l'armée est confrontée: "Les unités de combat manquent de personnel et les déficits sont élevés à un point irréaliste. Les perspectives sont dramatiques, la force du nombre est en chute libre." L'état de l'équipement militaire existant est également navrant selon ce rapport. "Certaines unités terrestres ont un niveau de puissance de feu qui les ramène à celui de l'époque de la guerre de Corée." Le matériel disponible, dont "la durée de vie est souvent prolongée avec de la salive, de l'adhésif et du bricolage", est usé à la corde. Toujours selon la VRT, le document est également sévère pour des achats onéreux qu'il juge contestables, à l'image de celui des nouveaux hélicoptères qui ont remplacé les anciens Sea Kings. Leur utilisation "revient à se rendre chez l'épicier du coin de la rue avec une Rolls-Royce". Selon le rapport, tous les grands investissements de base, comme ceux réalisés dans les avions ou les navires, sont reportés. Cela aura l'effet d'une vague sur les coûts "à ce point important que le navire Défense ne sera pas en mesure de la maîtriser". Le syndicat militaire CGPM, qui parle d'un texte "carrément destructeur pour la Défense", a réagi jeudi après-midi, répétant "son exigence sur la tenue d'un débat ouvert et public sur la nécessité d'une armée belge. Pour le syndicat, ce débat doit, le cas échéant, dépasser les frontières des partis (...) afin de déterminer ce que notre pays désire encore faire en matière de Défense sur le plan international." (KWO)

Nos partenaires