L'accès à l'emploi des personnes handicapées est encore trop faible

30/11/12 à 18:55 - Mise à jour à 18:55

Source: Le Vif

(Belga) L'accès à l'emploi reste un obstacle à l'intégration réussie des personnes handicapées aptes à travailler, a confié vendredi à l'Agence Belga l'asbl Passe-Muraille, en marge de la journée internationale du handicap, le 3 décembre.

"Nous sommes encore trop souvent victimes des préjugés", explique Yann Tondu de l'asbl Passe-Muraille. "Les gens croient qu'une déficience visuelle, auditive ou motrice empêche d'être compétent. Or il n'y a qu'une minorité de personnes handicapées qui sont en incapacité totale de travailler", poursuit-il Le taux d'emploi des personnes en âge de travailler porteuses d'un handicap ou souffrant d'une maladie de longue durée a effectivement chuté de 7 points de pourcentage en près de 10 ans, passant de 42% en 2002 à 35% en 2011, dans l'indifférence générale, déplore le directeur du département formation de l'Agence wallonne pour l'intégration des personnes handicapées (AWIPH), évoquant les derniers chiffres disponibles des enquêtes sur les forces de travail. "Une piste serait d'instaurer un cadre légal contraignant, à l'image de ce qui se fait en France. Chez nos voisins, tant le secteur public que privé est soumis à un quota d'emploi de travailleurs handicapés. Si ce quota n'est pas atteint, les entreprises françaises versent une contribution financière à un Fonds de développement pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées", développe l'asbl. A l'heure actuelle en Belgique, seuls les services publics sont tenus de recruter des travailleurs avec un handicap à concurrence de 2% à 3% de leurs effectifs. En 2011, le taux d'emploi des personnes reconnues comme ayant un handicap s'élevait à 1,37% dans la fonction publique fédérale. Toujours en 2011, 566.024 personnes étaient reconnues comme personnes handicapées en Belgique, soit pas moins d'une personne sur 15. Un peu plus de 300.000 touchent une aide financière. (VIM)

Nos partenaires