Kerviel condamné à 3 ans ferme et à près de 5 milliards d'euros de dommages et intérêts

24/10/12 à 14:21 - Mise à jour à 14:21

Source: Le Vif

(Belga) L'ex-trader de la Société Générale Jérôme Kerviel a été condamné mercredi à cinq ans de prison, dont trois ferme, ainsi qu'à 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts, par la cour d'appel de Paris, qui l'a jugé responsable d'une perte record en 2008.

Kerviel condamné à 3 ans ferme et à près de 5 milliards d'euros de dommages et intérêts

La cour, qui n'a pas délivré de mandat d'arrêt à l'audience, a confirmé dans son intégralité le jugement de première instance. Au procès en appel, qui s'était tenu en juin, l'accusation avait requis la peine de prison maximum, soit cinq ans ferme. Dénonçant une "injustice lamentable", l'avocat de M. Kerviel a déclaré à la sortie de l'audience: "Nous allons rentrer travailler pour évoquer avec lui la possibilité de se pourvoir en cassation". En première instance, en 2010, il avait été condamné à cinq ans dont trois ferme et à rembourser à la banque cette somme astronomique, correspondant à la perte qu'elle affirme avoir subie par sa faute. La Société Générale a de nouveau réclamé ses 4,9 milliards, même s'il est évident que Jérôme Kerviel, issu d'une famille modeste et sans emploi, ne remboursera jamais une telle somme. La banque a d'ailleurs immédiatement dit, par la voix de son avocat qu'elle se montrerait "réaliste" et étudierait la situation de son ancien salarié. L'avocat de l'ex-trader, David Koubbi, a demandé sa relaxe, affirmant que la banque "savait" ce que faisait son trader et que toute cette affaire était une "mascarade", une "escroquerie intellectuelle". Jérôme Kerviel est accusé d'avoir pris à l'insu de sa hiérarchie des positions spéculatives de dizaines de milliards d'euros sur des marchés à risque et d'avoir déjoué les contrôles avec des opérations fictives, de fausses écritures et des mensonges. Il est poursuivi pour abus de confiance, faux et usage de faux et introduction frauduleuse de données dans le système informatique de la banque. (MEHDI FEDOUACH)

Nos partenaires