Jeunes Belges en Syrie - Les écoles disposent déjà d'outils pour aborder ce phénomène "marginal"

23/04/13 à 13:47 - Mise à jour à 13:47

Source: Le Vif

(Belga) Les écoles disposent déjà d'une panoplie d'outils pour aborder la question des élèves allant combattre en Syrie, un phénomène "heureusement encore marginal" pour lequel la prudence reste toutefois de mise, a indiqué mardi la ministre de l'Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet.

Jeunes Belges en Syrie - Les écoles disposent déjà d'outils pour aborder ce phénomène "marginal"

Les députés d'opposition Jean-Luc Crucke (MR) et Caroline Persoons (FDF) ont interpellé la ministre cdH en commission du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur le cas de deux élèves de 15 et 16 ans d'un athénée schaerbeekois partis combattre en Syrie. Parlant d'"enfants-soldats", Mme Persoons s'est interrogée sur l'opportunité de modules de prévention spécifiques pour les enseignants et la nécessité d'une coordination accrue avec le secteur de la Jeunesse. M. Crucke, lui, a appelé la ministre à écrire aux directions pour leur demander d'alerter les autorités si elles pointaient un risque de manipulation par des groupes extrémistes, djihadistes en l'occurrence. Marie-Dominique Simonet a appelé à ne pas dramatiser ni surmédiatiser "un phénomène heureusement encore marginal" (deux cas en Fédération Wallonie-Bruxelles, deux autres connus en Flandre), pour lequel toutefois "la prudence reste de mise". Elle s'est inscrite dans le cadre du programme de prévention de la radicalisation violente présenté vendredi dernier par la ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet, associant différents secteurs et niveaux de pouvoir. "L'école doit participer à la sensibilisation et à la prévention mais elle n'est pas la seule". A ses yeux, un module spécifique n'a pas de raison d'être, mais bien une approche transversale et sur le long terme dans le cadre de l'éducation à la citoyenneté, au dialogue, à l'esprit critique et au "vivre ensemble". (Belga)

Nos partenaires