"je ne veux pas que la Belgique sorte perdante"

07/02/13 à 16:58 - Mise à jour à 16:58

Source: Le Vif

(Belga) Le Premier ministre belge Elio Di Rupo s'est dit jeudi, en ouverture d'un sommet européen particulièrement délicat consacré au budget pluriannuel 2014-2020 de l'Union européenne, "décidé à faire entendre la voix de la Belgique" à la table des 27.

Interrogé par la presse sur un éventuel veto belge envers des propositions qui seraient jugées insatisfaisantes, le chef du gouvernement belge a éviter d'afficher une quelconque intransigeance, tout en se montrant ferme. "Je ne pars avec des diktats mais je ne veux pas que la Belgique sorte perdante", a-t-il répliqué en écho aux menaces de veto proférées par certains dirigeants européens dès leur arrivée à Bruxelles. Sur le fond du dossier, M. Di Rupo a qualifié jeudi après-midi les propositions budgétaires avancées par le président du Conseil, Herman Van Rompuy, de "déséquilibrées". "Elles sont déséquilibrées parce que, huit ans après le précédent budget, on veut réduire considérablement l'enveloppe", a-t-il déploré. Devant les journalistes belges, M. Di Rupo a aussi dit vouloir défendre au cours du débat les agriculteurs, les travailleurs du secteur industriel en difficultés comme à Genk ou Liège, ainsi que les régions et sous-régions en retard de développement économique. (VIM)

Nos partenaires