Japon: le plus ancien condamné à mort va bénéficier d'un nouveau procès

27/03/14 à 03:47 - Mise à jour à 03:47

Source: Le Vif

(Belga) Un tribunal japonais a décidé jeudi de rejuger l'homme qui est considéré comme le plus ancien condamné à mort au monde, sanctionné pour plusieurs meurtres commis en 1966.

Japon: le plus ancien condamné à mort va bénéficier d'un nouveau procès

Des doutes ont émergé sur la culpabilité d'Iwao Hakamada, aujourd'hui âgé de 78 ans. Le tribunal de Shizuoka (sud-est du Japon) "a suspendu la peine capitale à laquelle avait été condamné cet homme", a expliqué un officiel. Arrêté en 1966 et condamné à la pendaison deux ans plus tard, M. Hakamada se morfond dans le couloir de la mort en attendant son exécution depuis près d'un demi-siècle. La peine capitale avait été par la suite confirmée par la Cour suprême. Cet ancien employé d'une usine de soja, un temps boxeur professionnel, avait été reconnu coupable d'avoir tué son patron, la femme de ce dernier et leurs deux enfants. Mais ces dernières années, de nouveaux éléments, dont des tests ADN négatifs, sont apparus, qui plaident pour l'innocence de M. Hakamada, lequel a toujours clamé qu'il n'était pour rien dans ce quadruple meurtre, même s'il avait signé des aveux, selon lui sous l'insistance musclée des policiers. Un comité de soutien ainsi que l'association du barreau japonais, exigeaient depuis lontemps une révision du procès. En attendant, sa soeur octogénaire, Hideko, continue depuis près de 48 ans à se rendre à la prison, même si son petit frère refuse de la voir depuis près de trois ans. Après l'exécution de deux prisonniers en décembre dernier, il reste 129 condamnés à la peine capitale dans le couloir de la mort au Japon, selon le ministère de la Justice. Le Japon et les Etats-Unis sont les seules démocraties industrialisées à appliquer la peine capitale. Les associations internationales de défense des Droits de l'homme dénoncent la cruauté d'un système dans lequel les condamnés à mort peuvent attendre leur exécution pendant de nombreuses années, isolés dans leur cellule, et ne sont avertis de leur mise à mort que quelques heures avant. (Belga)

Nos partenaires