Italie: Renzi obtient la confiance du Sénat

25/02/14 à 01:50 - Mise à jour à 01:50

Source: Le Vif

(Belga) Incisif et plein d'énergie, le Premier ministre Matteo Renzi, a invité l'Italie à un "changement radical et immédiat" lundi devant les sénateurs, qui lui ont accordé dans la nuit la confiance, dans un discours pro-européen où il n'est guère entré dans le détail de son programme.

Italie: Renzi obtient la confiance du Sénat

Le gouvernement a obtenu le +oui+ de 169 sénateurs tandis que 139 ont voté contre. "L'avenir de l'Italie n'est pas de pleurer du matin au soir, ou d'être la lanterne rouge de l'Europe", "l'Italie veut devenir un lieu d'opportunités", avait lancé le fougueux président du Conseil dans un discours d'une heure, en grande partie improvisé. Volontiers provocateur, l'ex-maire de Florence, 39 ans, a rappelé qu'il n'avait pas l'âge requis pour siéger au Sénat (40 ans) et que l'abolition de cette Chambre sous sa forme actuelle figurait en bonne place dans son programme. "J'espère être le dernier Premier ministre à réclamer la confiance du Sénat", a-t-il même lancé, alors que l'existence même de son gouvernement dépendait du vote de confiance des sénateurs. A contre-courant du sentiment anti-européen qui croît dans la péninsule, M. Renzi s'est livré à un vibrant plaidoyer pour l'Union européenne, dont l'Italie assurera la présidence tournante semestrielle à compter du 1er juillet. "La tradition européenne et européiste représente la meilleure partie de l'Italie ainsi que sa certitude d'avoir un avenir", a-t-il dit. "Ce ne sont pas Angela Merkel et Mario Draghi qui nous demandent de tenir nos comptes publics en ordre", a-t-il poursuivi en évoquant la gigantesque dette du pays, plus de 130% du PIB. "Nous devons le faire par respect pour nos enfants, pour ceux qui viendront après nous", a-t-il lancé, alors que le pays sort timidement de la récession. (Belga)

Nos partenaires